National

Moins d’alcool dans les boissons sucrées alcoolisées

Moins d’alcool dans les boissons sucrées alcoolisées
Photo: Josie Desmarais/Métro

OTTAWA — Les boissons sucrées alcoolisées, comme celle consommée par la jeune Athena Gervais avant qu’elle ne perde la vie l’hiver dernier, ne pourront plus contenir l’équivalent de quatre consommations d’alcool par canette.

Santé Canada s’apprête à limiter leur quantité d’alcool pour qu’elle soit similaire à celle de la bière et du cidre. Ces modifications au Règlement sur les aliments et les drogues seront publiées dans la Gazette du Canada samedi et feront ensuite l’objet de 45 jours de consultations. Elles pourraient entrer en vigueur au printemps 2019.

«C’est extrêmement décevant, extrêmement incomplet et extrêmement imparfait», s’est désolé en entrevue le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy.

Santé Canada n’a retenu aucune des recommandations émises par l’organisme. Éduc’alcool demandait l’interdiction de ces boissons, mais à défaut de l’obtenir il aurait voulu que leur teneur en alcool soit limitée davantage et que leur emballage aux couleurs vives fasse l’objet de restrictions.

«Ce sont des produits qu’on appelle hypocrites et trompeurs, a-t-il ajouté. Ils camouflent le goût et ils camouflent au départ les effets de l’alcool. Ils sont hypersucrés parce qu’ils visent directement les jeunes.»

La mort d’Athena Gervais en mars avait soulevé l’indignation à Ottawa et à Québec. Le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique (NPD) avaient alors pressé le gouvernement d’agir. Les néo-démocrates avaient demandé et obtenu une étude d’urgence en comité parlementaire. La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, s’était engagée à réduire la teneur en alcool des boissons sucrées alcoolisées.

Le corps de l’adolescente de 14 ans avait été retrouvé dans un ruisseau derrière son école secondaire à Laval. L’enquête du coroner n’est toujours pas terminée, mais selon des témoignages, elle avait consommé une ou plusieurs canettes de FCKD UP. Cette boisson, qui était vendue dans les dépanneurs pour moins de 4$, contenait 11,9% d’alcool dans un format de 568 ml. Son fabricant, le groupe Geloso, avait par la suite annoncé qu’il cessait sa production et la retirait des tablettes. Phusion Project, le fabricant de la Four Loko, une boisson similaire, avait suspendu sa mise en marché au Québec indéfiniment.

Moins d’alcool par canette
Santé Canada veut interdire les grands formats de ces boissons qui contiennent une telle quantité d’alcool. En vertu des modifications au règlement proposées, une canette de 568 ml pourrait uniquement contenir 4,5% d’alcool, soit l’équivalent de 1,5 consommation standard. Le pourcentage d’alcool permis serait majoré en fonction de la quantité.

Par exemple, une consommation de 355 ml pourrait contenir jusqu’à 7,2% d’alcool comme c’est le cas pour les «coolers» à base de vodka. Les boissons vendues en format de 750 ml ou plus, comme les bouteilles de vin, seront exemptées puisqu’elles contiennent plus qu’une portion standard d’alcool.

«Le règlement proposé aujourd’hui touche un très petit segment des produits alcoolisés, a expliqué l’agente de liaison à l’élaboration des politiques sur les aliments pour Santé Canada, Marie-Josée Bolduc. (…) (Il) est en harmonie avec le reste de l’industrie.»

«Le problème de ces boissons-là, c’est qu’elles ne peuvent pas être traitées comme les autres boissons alcooliques parce qu’elles ne goûtent pas ce qu’elles sont», a rétorqué M. Sacy.

«C’est de l’insouciance de la part de la ministre Petitpas Taylor dans la gestion du dossier, qui relève de la négligence», a critiqué à son tour le député Luc Thériault, du Bloc québécois.

Il estime que les fabricants de ces boissons pourront facilement contourner le règlement en changeant la canette pour une bouteille.

M. Thériault dénonce d’autres lacunes. Le règlement ne prévoit aucune limite quant aux additifs caféinés pour altérer le goût, comme le guarana. Il ne restreint pas non plus la publicité des boissons sucrées alcoolisées qui cible particulièrement les moins de 18 ans. Le marketing de l’alcool sera plutôt examiné dans le cadre de la Stratégie canadienne sur les drogues et autres substances sur laquelle planche présentement le ministère de la Santé.

La consommation d’une seule canette de boisson sucrée alcoolisée en moins d’une heure par un jeune pesant 45 kg (100 livres) entraîne un taux d’alcoolémie supérieur à 0,15%, soit environ deux fois la limite permise au volant, selon Santé Canada. Boire deux canettes dans le même laps de temps peut mener ce même jeune directement à l’hôpital.

L’Institut national de la santé publique du Québec avait d’ailleurs rapporté que 2300 jeunes de 12 à 24 ans avaient été transportés à l’urgence pour une intoxication aiguë à l’alcool entre le 1er janvier et le 26 novembre 2017.

Le groupe Geloso n’a pas réagi à l’annonce de Santé Canada mardi.

Quantité d’alcool permise par canette
– 7,2% d’alcool pour les contenants de 355 ml

– 5,4% d’alcool pour les contenants de 473 ml

– 4,5% d’alcool pour les contenants de 568 ml

– 3,6% d’alcool pour les contenants de 710 ml

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *