National

L’ambassadeur du Canada en Chine parle aussi d’une condamnation à mort «arbitraire»

L’ambassadeur du Canada en Chine parle aussi d’une condamnation à mort «arbitraire»
Photo by: Anonymous / La Presse CanadienneAnonymous / La Presse Canadienne

MONTRÉAL — L’ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum, a abondé dans le même sens que Justin Trudeau en décriant la condamnation à mort «arbitraire» d’un Canadien par la Chine, mardi, à la veille d’une rencontre avec le premier ministre.

L’ambassadeur faisait référence à la peine imposée à Robert Lloyd Schellenberg dans une affaire de trafic de drogue.

M. McCallum a eu une rencontre en personne avec le premier ministre du Québec, François Legault, mardi, à Montréal.

En entrevue à La Presse canadienne en marge de sa rencontre avec M. Legault, M. McCallum a surtout affirmé que sa priorité numéro un était de tout faire en son pouvoir pour faire libérer le plus rapidement possible les «deux Michaels» détenus en Chine, Michael Kovrig et Michael Spavor.

L’ancien diplomate canadien Michael Kovrig et l’homme d’affaires Michael Spavor ont été arrêtés pour avoir supposément porté atteinte à la sécurité nationale de la Chine, sur fond de refroidissement entre les deux pays après l’arrestation, le 1er décembre, de la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei, en vertu d’un mandat d’amener américain pour fraude.

M. McCallum a dit croire que M. Trudeau et la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, avaient accompli un travail important de ralliement de bon nombre de pays en soutien au Canada.

L’ambassadeur s’entretiendra avec M. Trudeau, mercredi, à Sherbrooke.

«Tant de pays parlent d’une seule voix sur cet enjeu, et je crois qu’il s’agit sans doute d’un bon début. Mais ces gens (MM. Kovrig et Spavor) ne sont pas encore libres, et il y a encore du travail à faire», a dit M. McCallum.

Relativement à la condamnation à mort de Robert Lloyd Schellenberg, M. McCallum a affirmé que le Canada ferait assurément tout ce qu’il peut, «comme c’est le cas dans tous les pays», pour s’opposer à la peine de mort.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *