National

Canada Atlantique: plus de cannabis légal

Canada Atlantique: plus de cannabis légal
Photo by: Tijana Martin/La Presse canadienneTijana Martin / La Presse Canadienne

HALIFAX — Les Canadiens de l’Atlantique achètent beaucoup plus de cannabis légal par habitant que les Canadiens des autres régions du pays, révèlent des données fédérales.

Statistique Canada a publié les chiffres de ventes par province pour les six premières semaines de la légalisation jusqu’au 1er décembre. Ceux-ci montrent des écarts dramatiques entre les provinces.

L’Île-du-Prince-Édouard rassemble les plus grands consommateurs, ses résidants ayant dépensé 13,83 $ chacun, en moyenne, en pot légal en six semaines.

La Nouvelle-Écosse suit avec 11,34 $. Terre-Neuve-et-Labrador s’est classée troisième avec 8,17 $, suivie du Nouveau-Brunswick avec 6,87 $.

Le Québec se situe tout juste au-dessous de la moyenne nationale avec 2,53 $, comparativement à 2,65 $ pour l’ensemble du pays.

Deepak Anand, expert du secteur du cannabis, soutient que les quatre provinces de l’Atlantique étaient bien préparées pour la légalisation et en récoltent maintenant les fruits.

«Une province comme le Nouveau-Brunswick s’y est intéressée très tôt et a très tôt pris les devants», a déclaré M. Anand.

«Ils ont non seulement vu venir la légalisation récréative, mais également la légalisation médicale, et ils ont transmis tout le dossier du cannabis à leur ministère du Développement économique, qui travaillait avec des entreprises qui étaient des producteurs pour essayer de s’établir dans la province… Ils voulaient vraiment aller de l’avant.»

Ailleurs au pays, les Albertains ont dépensé 4,53 $, les Ontariens, 1,54 $ et les Britanno-Colombiens, seulement 69 cents.

La Colombie-Britannique est un cas particulier en raison de ses dispensaires du marché noir bien établis et largement tolérés, selon Deepak Anand.

«Il n’y avait pas autant d’enthousiasme en Colombie-Britannique que dans l’ensemble du pays (pour la légalisation), car l’accès au cannabis était relativement facile en Colombie-Britannique par rapport aux autres provinces.»

Les provinces qui avaient des systèmes de vente au détail bien organisés le 17 octobre ont généré beaucoup plus de revenus.

M. Anand a expliqué que cela tient au fait que de nombreux consommateurs veulent des conseils personnalisés, pouvoir voir et sentir le produit avant de l’acheter.

Mercredi, le ministère des Finances de l’Île-du-Prince-Édouard a indiqué que les ventes de cannabis jusqu’à la fin de l’année s’étaient élevées à un peu plus de 3,5 millions $.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *