National
22:07 17 mars 2019 | mise à jour le: 18 mars 2019 à 22:24

TLMEP : «Je dis tout haut ce que le monde pense tout bas», dit Catherine Fournier

TLMEP : «Je dis tout haut ce que le monde pense tout bas», dit Catherine Fournier
Photo: Karine Dufour/ICI Radio-Canada Télé

«Le 1er octobre a vraiment été comme un éclair de lucidité», a déclaré la députée de Marie-Victorin, Catherine Fournier, lors de son passage à Tout le monde en parle (TLMEP) dimanche soir.

La plus jeune politicienne de l’Assemblée nationale a expliqué que ce sont entre autres les résultats des dernières élections qui l’ont mené à claquer la porte du Parti québécois (PQ) lundi pour siéger comme indépendante. Avec un taux de 17,06%, la formation politique a réussi à faire élire 10 candidats en octobre dernier. Il s’agit de son plus faible résultat depuis sa création.

«Ce que je constate, c’est que les gens ont tourné le dos – littéralement – au Parti québécois», a lancé la députée de Marie-Victorin.

Elle dit avoir «amorcé une réflexion» lors de l’élection partielle qui a eu lieu en juin dernier dans la circonscription de Louis-Hébert. C’est que les échos qui se faisaient entendre de la part des électeurs étaient plutôt négatifs envers le PQ.

«C’est comme si on avait perdu cette conscience-là de la population, qui est tellement nécéssaire», a déploré Catherine Fournier en ajoutant que son ancienne formation politique a «manqué le bateau» à plusieurs reprises.

«Il y a une culture politique qui est réfractaire au changement à l’intérieur. Les gens sont là depuis longtemps, il y a certaines façons de faire. C’est difficile de brasser les choses alors que je crois que la façon de faire de politique a tellement changé», a-t-elle expliqué.

La jeune femme assure néanmoins conserver sa flamme indépendantiste. «Je suis convaincue que le Québec a tout à gagner à devenir un pays», a-t-elle réitéré.

Dans cet esprit, elle a fait valoir son désir de sonder les souverainistes et de motiver les jeunes pour définir la suite des choses. «J’ai envie de rencontrer les gens qui partagent mes constats et qu’on puisse rêver ensemble à la suite, à le définir, et c’est certain que vous allez en entendre reparler», a insisté Catherine Fournier.

Malgré tout, la députée reste vague quant à ses projets pour le futur. Elle a d’ailleurs été appelée a réagir à une information du chroniqueur de Métro, Frédéric Bérard, qui affirmait dans une vidéo la semaine dernière qu’un mouvement d’anciennes personnalités péquistes et indépendantistes proposerait bientôt d’enterrer le Parti québécois. Il était notamment question de Jean-Martin Aussant, Paul Saint-Pierre Plamondon, Léo Bureau-Blouin.

«Je ne sais pas de quoi il parle», a affirmé la députée de Marie-Victorin. Devant une insistance de l’animateur Guy A Lepage, elle a ajouté : «Peut-être que M. Bérard fait référence à toutes ces voix qui s’élèvent [contre le PQ] depuis le 1er octobre dernier».

Quant à savoir si elle partageait le point de vue de son ancien chef, Jean-François Lisée, sur la défaite du Parti québécois, Catherine Fournier dit partager ses constats : «Je suis tannée qu’on blâme les autres pour nos problèmes. J’ai envie qu’on se regarde un peu aussi nous-mêmes.»

Par ailleurs, elle assure ne pas envisager de se présenter pour Québec solidaire (QS) aux prochaines élections.

Articles similaires