National

Le Pharmachien dénonce le lobby anti-vaccin à TLMEP

Le Pharmachien dénonce le lobby anti-vaccin à TLMEP
Photo: Karine Dufour/ICI Radio-Canada TéléDe gauche à droite : Olivier Bernard, Caroline Quach et Ève Dubé.

Le pharmacien et vulgarisateur scientifique Olivier Bernard, dit «Le Pharmachien», la docteure en anthropologie de la santé spécialisée en hésitation vaccinale, Ève Dubé, et la pédiatre et microbiologiste-infectiologue, Caroline Quach, étaient invités à l’émission Tout le monde en parle (TLMEP) hier soir pour discuter des actualités sur la vaccination.

Leur intervention fait suite à une publication de la blogueuse Angela Price sur la vaccination alternative. Dans une publication Instagram retirée la semaine dernière, la femme de Carey Price affirmait faire vacciner ses enfants selon un calendrier suggéré par le Dr Bob Sears, qui s’est fait retirer le droit d’exercer la médecine l’an dernier pour une durée de près de trois ans. Dans un ouvrage qu’il a écrit, le pédiatre américain propose un calendrier étendu ayant pour objectif d’éviter de donner une trop forte dose à un bébé d’un seul coup.

«C’est dangereux, cette pensée là, car les gens ont l’impression de faire la bonne chose alors que le calendrier alternatif n’est supporté par aucune évidence probante, a prévenu Olivier Bernard. On a même des preuves solides qu’espacer les vaccins conduit à manquer de doses. Ce calendrier alternatif met les enfants en danger de maladies infectieuses !»

«On a le devoir de protéger ceux qui ne peuvent pas être vaccinés», a ajouté la Dr Caroline Quach. Elle a entre autres mentionné les patients qui sont en chimiothérapie et immuno-compromises, qui doivent être protégés des épidémies, mais qui ne peuvent recevoir le vaccin.

Le Pharmachien a souligné les dangers de la désinformation, notamment de la part de personnalités publiques qui ont une influence auprès de la population. Il estime qu’elles devraient se garder «une certaine réserve» quand elles parlent de santé sans en être expertes.

La Dr Ève Dubé a rappelé l’importance de lutter contre «toutes les sortes de mythes» qui effrayent la population et font oublier que de nombreuses maladies épidémiques, comme la poliomyélite ou la rougeole, ont été canalisées grâce aux vaccins ces dernières décennies. «Les vaccins fonctionnent tellement bien qu’on n’en voit plus les bénéfices, on reste pris avec nos craintes» a-t-elle déploré.

Le trio d’experts a également reconnu que la vaste majorité des gens peuvent avoir des doutes et des questions très légitimes à propos de la vaccination, auxquels il est normal de répondre avec des explications rassurantes. Il y a opposé le lobby anti-vaccins, très présent aux États-Unis, formé de petits groupes organisés et parfois financés pour propager de l’information négative, principalement via Internet. «Y’a beaucoup d’argent à faire avec le mouvement anti-vaccins!» a dit Olivier Bernard, expliquant que ce lobby s’enrichit de tout un business de livres, de conférences, de cures de détox des métaux lourds contenus dans les vaccins et de services d’avocats qui veulent poursuivre des compagnies pharmaceutiques.

Revenant sur l’acharnement dont il a été victime dernièrement, Olivier Bernard a réitéré sa décision de «prendre une pause et se retirer du dossier vitamine C» pour retrouver une vie tranquille. Le professionnel de la vulgarisation scientifique a été lourdement insulté sur les réseaux sociaux et ses coordonnées ont été révélées publiquement : des pratiques d’intimidation qu’il a comparé à celles du mouvement américain anti-vaccins.