National

Débat électoral: tous les chefs s’engagent à alléger la Loi sur l’aide médicale à mourir

Débat électoral: tous les chefs s’engagent à alléger la Loi sur l’aide médicale à mourir
Photo: Sean Kilpatrick/AFPTous les chefs se sont engagés à alléger la Loi sur l'aide médicale à mourir.

Les chefs des six principaux partis en lice dans la campagne électorale fédérale se sont engagés jeudi à alléger les critères de la Loi sur l’aide médicale à mourir.

La Montréalaise Lise Pigeon a livré un vibrant témoignage pendant le dernier débat des chefs à Gatineau jeudi soir pour demander aux six politiciens de s’engager à faciliter l’accès à l’aide médicale à mourir. Elle s’est ainsi basée sur la récente décision de la juge Christine Baudoin, de la Cour supérieure. Cette dernière a conclu que les critères concernant l’accès à l’aide médicale à mourir sont trop restrictifs et discriminatoires.

«Nous devons être là en tant que gouvernement pour vous aider à faire face aux moments difficiles», a déclaré le premier ministre libéral Justin Trudeau. Ce dernier s’est engagé, comme les autres partis, à respecter les conclusions de ce jugement. 

«C’est clair dans le jugement au Québec que les critères sont trop limités. Ce que je veux faire, c’est d’enlever les limites. Je veux vous donner plus de pouvoirs de mourir dans la dignité», a déclaré le chef du Nouveau parti démocratique, Jagmeet Singh. 

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a aussi affirmé qu’il respecterait «les décisions de la Cour», tout comme le chef du Parti populaire, Maxime Bernier.

«Je suis vraiment touchée par votre situation et je veux vous donner mes sympathies et aussi mon engagement parce qu’on doit changer cette loi.» -Elizabeth May, chef du Parti vert 

Immigration

Andrew Scheer a profité des échanges sur le dossier de l’immigration pour attaquer le chef du Bloc québécois, qui monte dans les intentions de vote au Québec.

Ce dernier a promis de travailler de pair avec le gouvernement Legault afin de donner «plus d’autonomie au Québec» en matière d’immigration.

«Je dois dire qu’avec plusieurs députés bloquistes, on ne pourra pas le faire parce que Justin Trudeau va rester comme premier ministre», a-t-il lancé.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, a plutôt répliqué que «voter pour le Bloc, c’est voter pour le Québec».

«Le gouvernement Legault a demandé les pouvoirs en matière d’immigration. C’est à ça que vous devriez vous engager», a-t-il ajouté.

Maxime Bernier s’est quant à lui engagé à «dire oui» au gouvernement Legault, qui entend réduire les seuils d’immigration.

Le Parti populaire s’est par ailleurs engagé à construire une clôture pour contrer les entrées irrégulières de migrants par le chemin Roxham.