National
17:57 9 janvier 2020

Le poids de la fiscalité atteint un sommet au Québec depuis l’an 2000

Le poids de la fiscalité atteint un sommet au Québec depuis l’an 2000
Photo: 123RF

La pression fiscale en impôts et taxes apposée au Québec a atteint en 2018 son taux le plus élevé depuis le début du siècle. Un chiffre qui dépasse encore et toujours celui du reste du Canada.

En effet, dans la dernière année, les Québécois ont payé plus de 169 G$ en taxes et impôts, constatent les chercheurs de la Chaire en fiscalité et en finances publiques dans leur dernier Bilan de la fiscalité 2020.

Chaque année, ce rapport calcule le poids des taxes et des impôts payés par les contribuables en comparaison avec le produit intérieur brut (PIB) de la province. C’est ce que les membres de la Chaire appellent le poids de la fiscalité.

Or, en 2018, ce poids a atteint 38,6% du PIB. Cela vaudrait au Québec d’être classé 12e parmi les États de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Le chiffre avait temporairement reculé de 2016 à 2017, atteignant 37,3% à la fin de l’année.

Le taux atteint cette année représente un sommet depuis l’an 2000. Le taux de pression avait alors touché les 40%.

«Le poids de la fiscalité au Québec a, depuis 1981, toujours été plus élevé que pour la moyenne des pays du G7 et de celle des pays de l’OCDE», peut-on lire dans le document.

Ce phénomène n’est pas que négatif, souligne l’un des chercheurs, Luc Godbout. «Ça veut aussi dire des services publics plus élevés», relativise-t-il en entrevue avec Métro.

Par rapport aux autres provinces

Les autres provinces de la fédération ne vivent pas la même situation. Le Canada sans le Québec comptait en 2018 un taux de pression fiscal de plus de 32%.

La Belle province dépasse aussi de loin les autres provinces dans la part qu’occupe l’administration provinciale dans le prélèvement des impôts et des taxes. Tout près de la moitié (49,1%) des sommes payées par les contribuables québécois atterrissent entre les mains du gouvernement provincial.

À l’autre bout du spectre, les pourcentages de prélèvements provinciaux de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et de l’Ontario ne dépassent pas les 40%.

Le Québec conserve toujours le taux de pression fiscale le plus élevé au pays en 2018.

D’autres annonces

Après une année marquée par la «taxe Netflix» et la «taxe carbone», le Bilan 2020 laisse présager d’autres annonces fiscales.

Du côté fédéral, l’application de la TPS aux géants du Web sera à surveiller, souligne-t-on dans le rapport. L’équipe de Justin Trudeau avait promis en campagne électorale qu’elle exigerait de ces entreprises étrangères la perception et le versement de «la même taxe de vente que les sociétés numériques canadiennes», soit la TPS.

Le gouvernement est toutefois revenu sur ses pas le mois dernier. Il attendra désormais les conseils de l’OCDE.

La taxe carbone canadienne, imposée dans quatre provinces, «sera de nouveau à l’avant-plan en 2020», signalent les experts. La Saskatchewan ainsi que l’Ontario passeront toutes deux devant la Cour suprême du Canada cette année pour contester la mesure.

Au provincial, «la bonne tenue de l’économie québécoise» devrait permettre au gouvernement de réduire l’assiette fiscale du Québécois moyen, avancent les experts. La Coalition avenir Québec a d’ailleurs affirmé à plusieurs reprises son intention de le faire.