National

Élections: les conservateurs prennent l’avance dans les intentions de vote

Photo: 123RF

À une vingtaine de jours des élections fédérales, la course s’annonce serrée entre les différents partis. Tandis que certains prennent du retard, d’autres ont le vent en poupe. Selon un sondage Léger publié ce matin et réalisé auprès de 1723 électeurs décidés, les conservateurs seraient en tête des intentions de vote. Le parti d’Erin O’Toole récolterait 34% des intentions des électeurs sondés contre 30% pour les libéraux et 24% pour le NPD.

À la suite du trio de tête, on trouve le Bloc Québécois avec 7% des intentions de vote, le Parti populaire du Canada avec 3%, le Parti vert du Canada avec 2% et 1% restant pour les autres partis. 

L’opinion envers Justin Trudeau faiblit

Les libéraux semblent accuser le coup alors que 41% des Canadiens sondés estiment qu’au cours de la dernière semaine, leur opinion envers Justin Trudeau s’est détériorée. 

A contrario, pour 23% d’entre eux, leur opinion envers Jagmeet Singh et Erin O’Toole s’est améliorée. 

Une majorité des Canadiens sondés, près de 56%, se disent en réalité «insatisfaits du gouvernement du Canada dirigé par Justin Trudeau», soit une hausse de 5% depuis un sondage réalisé à la mi-août. 

Cependant, tout n’est pas à jeter pour les libéraux de Justin Trudeau dans ce sondage Léger. À la question de savoir «quel chef ferait le meilleur premier ministre du Canada», Justin Trudeau arrive ex æquo à 23% avec Jagmeet Singh, tandis qu’Erin O’Toole récole 21% des voix.

Aussi, 39% des Canadiens sondés estiment que les libéraux gagneront les élections fédérales et seront responsables de la formation d’un nouveau gouvernement, contre 28% pour les conservateurs et 7% pour le Nouveau Parti démocratique. 

Christian Bourque, vice-président exécutif de Léger, souligne que tout n’est pas perdu pour les libéraux.

«Les conservateurs ont besoin de beaucoup plus de voix que les libéraux s’ils souhaitent former le prochain gouvernement. […] Mais c’est possible: non seulement ils font une percée dans les provinces de l’Atlantique, mais ils ont aussi au moins 20% des voix au Québec et talonnent les libéraux en Ontario», dit-il.

Selon l’agrégateur de sondages 338Canada.com, les intentions de vote en faveur des conservateurs seraient suffisantes pour que le parti récolte environ 145 sièges à la Chambre des communes. Erin O’Toole se trouve donc en bonne posture pour former un gouvernement minoritaire.

52% des promesses électorales tenues pour Justin Trudeau

L’équipe du Polimètre s’est intéressée au bilan du gouvernement Trudeau, 22 mois après son élection. Le résultat est mitigé pour le premier ministre, alors que seulement la moitié de ses promesses électorales de la campagne électorale d’automne 2019 ont été tenues, soit 52%.

Plus spécifiquement, 23% des engagements du Parti libéral du Canada ont été réalisés entièrement et 29% l’ont été en partie. À l’inverse, 48% des 343 promesses n’ont pas été tenues. 

En comparaison, le gouvernement de Justin Trudeau avait réalisé un meilleur score lors de son premier mandat entre 2015 et 2019, avec 67% de promesses réalisées, 26% de promesses réalisées en partie et 7% de promesses non tenues.

Pour la directrice générale du Centre d’analyse des politiques publiques de l’Université Laval, Lisa Birch, il est important de souligner le contexte lorsque l’on compare les deux mandats du gouvernement Trudeau.

«Des crises successives telles que la mort de 63 passagers canadiens du vol 752 d’Ukraine International Airlines abattu par l’Iran, la crise ferroviaire nationale déclenchée en solidarité avec les chefs traditionnels Wet’suwet’en, le scandale éthique entourant l’organisme UNIS et, bien sûr, la pandémie de COVID-19 ont monopolisé l’attention du gouvernement et contribué à ses résultats peu reluisants par rapport à son premier mandat.»

«Il faut aussi noter que les gouvernements minoritaires réalisent moins de promesses que les gouvernements majoritaires principalement parce qu’ils écourtent leur mandat. En déclenchant des élections hâtives, le gouvernement Trudeau n’a pas eu assez de temps pour réaliser toutes ses promesses. La majorité des promesses que nous avions cataloguées comme «en suspens» et «en progrès» en juillet 2021 sont devenues des promesses rompues ou, au mieux, partiellement réalisées lors de la fermeture de ce Polimètre.»

Antoine Baby-Bouchard, qui travaille au sein de l’équipe du Polimètre

Articles récents du même sujet