National

COP26: Trudeau appelle à un «prix standard» mondial sur le carbone

trudeau-cop26
Justin Trudeau à la COP26. Photo: Getty Images

Justin Trudeau a entamé cette deuxième journée de la COP26 à Glasgow en appelant les dirigeants du monde entier à adopter un «prix standard» sur le carbone. Alors qu’à travers le monde on compte plus de 60 prix et systèmes de tarification du carbone différents, un standard mondial est essentiel pour limiter la hausse des températures, estime-t-il.

Les leaders, les scientifiques, le secteur privé le savent. Mettre un prix sur la pollution est l’outil le plus efficace et puissant pour maintenir l’objectif de réchauffement climatique à 1,5 degré. C’est l’appel collectif que nous faisons aujourd’hui.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

La veille, M. Trudeau avait souligné l’importance d’un prix sur le carbone dans un discours.

Aujourd’hui, lors d’un atelier co-organisé par le Canada et la Carbon Pricing Leadership Coalition (CPLC) réunissant plusieurs dirigeants et représentants internationaux, le premier ministre a affirmé que «plusieurs moyens existent» pour mettre un prix sur la pollution. Mais il faut suivre un «principe rigoureux d’équité».

La tarification du carbone est, selon le premier ministre, un «outil puissant» pour «transformer notre économie mondiale et atteindre le net zéro d’ici 2050». Il souhaite ainsi encourager le secteur privé et les citoyens à faire de meilleurs choix. Cependant, si les citoyens veulent plus d’actions pour le climat, ils s’inquiètent également d’être ceux qui vont en supporter le coût, a expliqué M. Trudeau.

Tripler la couverture des émissions à 60% d’ici 2030

Alors qu’aujourd’hui, la tarification sur la pollution couvre 20% des émissions mondiales, Justin Trudeau souhaite tripler ce chiffre d’ici 2030. Cela demande un effort collectif et concerté à l’échelle de la planète, souligne-t-il.

Nous appelons les gouvernements de la planète à tripler la couverture d’un prix sur la pollution et à s’assurer que 60% des émissions à travers le monde soient captées par un système de tarification du carbone. C’est un objectif ambitieux, mais c’est un objectif que l’on peut atteindre.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

«Nous nous devons de montrer le leadership qui amène les gens avec nous, c’est exactement ce que nous faisons et ce sur quoi nous allons travailler avec le reste du monde pour faire ailleurs», a déclaré M. Trudeau.

À l’échelle de la planète, les États-Unis et l’Australie sont les deux seules économies développées à ne pas avoir adopté de tarification du carbone.

Prix mondial moyen: 3 $ la tonne

Kristalina Georgieva, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a proposé la mise en place d’un prix qui serait proportionnel au niveau de développement économique des pays. Elle souligne que le prix mondial moyen du carbone est de 3 $. Il faudrait atteindre 75 $ la tonne à l’échelle mondiale pour respecter la limite de température de 1,5 degré, estime-t-elle. Cette limite est au cœur des discussions de la COP26.

Le premier ministre Trudeau a notamment fait valoir que la tarification du Canada atteindra 170 $ la tonne en 2030 pour couvrir 75% des émissions du pays. Il est actuellement de 40 $ la tonne. Pour le premier ministre, cela constitue l’un des systèmes de tarification les plus «ambitieux et rigoureux» au monde.

Ce prix, souvent appelé la «taxe carbone», a ses détracteurs au Canada. Les gouvernements provinciaux de l’Ontario, de la Saskatchewan et de l’Alberta, avec l’appui du Québec, avaient contesté sa constitutionnalité devant la Cour suprême. La Cour a finalement tranché en faveur d’Ottawa en mars dernier.

Premier accord signé

Les dirigeants de plus de 100 pays, dont le Canada, la Chine et le Brésil, ont signé tôt ce matin un accord pour enrayer la déforestation. Cet accord représente le premier engagement signé de la COP26. Près de 19,2 G$ issus des secteurs privés et publics y seront consacrés.

La conférence mondiale sur le climat a débuté le 31 octobre dernier. Elle a lieu à Glasgow, en Écosse, jusqu’au 12 novembre.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet