National

Les hommes homosexuels pourront plus facilement donner du plasma

Plasma
Photo: iStock

Les hommes ayant eu des relations sexuelles avec d’autres hommes pourront faire des dons de plasma dès l’automne prochain, a annoncé Héma-Québec vendredi matin.

Cette annonce fait suite à une décision rendue jeudi par Santé Canada, qui a approuvé une demande de l’organisme à but non lucratif.

Dorénavant, l’admissibilité au don de plasma sera basée «sur une évaluation individualisée des comportements à risque, plutôt que sur l’appartenance de la personne à un groupe considéré à risque». Ainsi, toute personne souhaitant faire un don de plasma devra déclarer ses comportements sexuels récents. Les hommes ayant le même partenaire sexuel dans les trois mois précédant le don pourront se qualifier s’ils se conforment aux autres critères d’admissibilité.

Pour le moment, les changements à la faveur des hommes homosexuels et bisexuels ne s’appliquent qu’aux dons de plasma puisque ces dons «comportent des mesures de sécurité supplémentaires, que l’on ne retrouve pas pour les dons de sang et de plaquettes», affirme Héma-Québec. Des données scientifiques seront toutefois recueillies afin d’éventuellement étendre la mesure aux dons de sang et de plaquettes.

«Nous examinons tous les dons afin de détecter les signes d’infections importantes, ce qui va de pair avec la sélection des donneurs afin de garantir la sécurité du sang envoyé aux hôpitaux. Nous voulons que le don soit une expérience positive et nous sommes impatients d’accueillir les donneurs au fur et à mesure que nous avançons dans ces changements», a expliqué le Dr Marc Germain, vice-président aux affaires médicales d’Héma-Québec.

Les nouveaux critères seront en vigueur dans quelques mois, une fois que le personnel aura été formé et que les systèmes informatiques auront été mis à jour.

«Un pas vers l’avant»

Pour Alexandre Dumont Blais, directeur général de l’organisme RÉZO, Santé et mieux-être des hommes gais et bisexuels, cis et trans, cette nouvelle est une bonne chose. Il resterait toutefois du chemin à faire.

«On est content, c’est un pas vers l’avant. On prend conscience qu’il ne faut pas mettre tous les hommes qui ont des relations avec d’autres hommes dans le même panier. Par contre, qu’en est-il du don de sang? On reste en attente pour que le changement soit fait à ce niveau. Ça continue d’être une source de frustration auprès des hommes qui ont des relations avec des hommes et qui veulent donner du sang. […] Malheureusement, je pense qu’Héma-Québec perd des dons de sang à cause de ça», affirme-t-il.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet