National

Le gouvernement tend la main aux organismes communautaires

Le ministre Jean Boulet
Le ministre du Travail Jean Boulet Photo: Capture d’écran - Conférence de presse diffusée sur la page Facebook du ministère du Travail

Le gouvernement fait un pas en avant pour aider les organismes communautaires durement touchés pendant la pandémie. Un total de 1,1 milliard de dollars sera investi sur cinq ans afin de soutenir leurs différentes actions.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a lancé hier le Plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire 2022-2027.

Ce programme prévoit notamment des investissements visant l’amélioration des conditions de travail, la formation du personnel et la gestion des ressources humaines au sein de ces organismes.

Le milieu communautaire contribue de façon importante à la cohésion et à la vitalité de la société québécoise en intervenant dans une foule de domaines et en particulier auprès des plus vulnérables.

Le ministre du Travail Jean Boulet

«Je suis convaincu que [ce plan] va engendrer des retombées bénéfiques au cours des cinq prochaines années et même au-delà», a souligné le ministre en conférence de presse.

Pour le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA), ces investissements sont insuffisants.

«Le problème, c’est qu’il n’y a pas assez d’argent pour la mission globale et qu’il y a des secteurs qui sont laissés pour compte, a expliqué Caroline Toupin, coordonnatrice du RQ-ACA. C’est pourquoi plusieurs sont déçus et même en colère, car la situation est critique sur le terrain, et ce alors que les besoins de la population augmentent.»

Cet investissement du gouvernement sur cinq ans a été annoncé dans le plan budgétaire déposé par le ministre des Finances le 22 mars dernier.

En février dernier, des centaines de groupes communautaires avaient lancé des grèves rotatives et diverses actions à travers la province dans le cadre de la campagne Engagez-vous pour le communautaire. Les organismes, qui ont dû composer avec la crise sanitaire et le manque de main-d’oeuvre, réclamaient alors un meilleur financement de la part du gouvernement.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet