Soutenez

Une rentrée scolaire sans autobus?

Autobus scolaire
Photo: iStock.

Les centres de services scolaires du Québec se préparent à la possibilité d’une rentrée sans autobus pour assurer le transport des écoliers de la province. À quelques jours du retour en classe, les centres de services scolaires (CSS) et la Fédération des transporteurs par autobus ne se sont toujours pas entendus sur les termes de renouvellement de leurs contrats. Environ 60% de ces contrats sont arrivés à échéance le 30 juin dernier.

Assurer une rentrée scolaire normale

Pour Caroline Dupré, présidente-directrice générale de la Fédération des centres de services scolaires du Québec (FCSSQ), «après deux années de pandémie, il est essentiel que la rentrée scolaire se déroule le plus normalement possible pour les élèves et c’est pourquoi les écoles seront ouvertes et prêtes à les accueillir comme prévu au calendrier scolaire», a-t-elle déclaré.

Nous n’envisageons pas de report, d’annulation ou même d’enseignement à distance.

Caroline Dupré, PDG de la Fédération des centres de services scolaires du Québec

Au vu de la situation, la fédération, qui veille à la réussite scolaire de plus d’un million d’élèves, se prépare déjà à mettre en place des mesures de contingence, afin de pallier le manque de transporteurs, si ce scénario se produisait. Ces mesures pourraient varier et seraient adaptées aux besoins et à la réalité des centres de services scolaires concernés: services de garde, transport en commun, pédibus (système d’accompagnement des élèves à pied). Chaque journée sans sollicitation de services de transport libère une enveloppe de 5 M$, somme qui pourrait être utilisée par les centres de services scolaires pour mettre en place des solutions d’urgence.

Un négociateur nommé par Québec pour dénouer la situation

Dans ce qui peut avoir des allures d’impasse, Québec a décidé d’intervenir et de nommer un négociateur. Le gouvernement mise sur un juriste, Me Claude Sauvageau, pour faire avancer les négociations et trouver un terrain d’entente entre les différentes parties avant que la sonnerie des classes ne retentisse. Cette nouvelle a été accueillie «favorablement» par la Fédération des centres de services, qui se dit «rassurée que les négociations se poursuivent».

Ce sont entre autres l’inflation, la hausse des dépenses d’exploitation et la pénurie à laquelle fait face l’industrie du transport scolaire qui compliquent les termes de la finalisation de l’entente pour le renouvellement des contrats, selon le ministère de l’Éducation.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.