Soutenez

Si vous tombez dans l’eau glacée, voici ce qu’il faut faire

Il n'y a pas de «glace sécuritaire», alors autant connaître les premiers réflexes.
Il n'y a pas de «glace sécuritaire», alors autant connaître les premiers réflexes. Photo: iStock

Avez-vous déjà entendu parler du ratio 1-10-1? Si la réponse est non, sachez qu’il pourrait bien vous sauver la vie. Le 1-10-1, c’est le guide de survie de base si l’on part s’aventurer sur les cours d’eau ou lacs gelés.

Car si on ne va pas se refuser les plaisirs de l’hiver québécois, «il n’y a pas de glace sécuritaire», et des précautions s’imposent, comme le rappelle Alexandre Presseau, instructeur du groupe de sauvetage nautique sur glace du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM).

1 minute: contrôler sa respiration

On parle d’une minute pour contrôler sa respiration lorsqu’on est tombé dans l’eau froide. «Le choc thermique de l’eau froide fait en sorte que notre cage thoracique est comprimée. On a un réflexe de respiration courte, car la tension artérielle augmente», explique M. Presseau.

Plus l’eau est froide, plus le délai avant la perte de connaissance est court. Pour éviter toute noyade potentielle, il est important de se relaxer et d’éviter tout état de panique, et de reprendre le contrôle de notre respiration.

@journalmetro

Des pompiers-sauveteurs nous expliquent comment sauver notre vie si on passe à travers la glace… #hiverquebecois #quebec #tiktokmtl #grandfroid #lacgelé #patinagequitournemal

♬ son original – Journal Métro

10 minutes: après la respiration, la flottaison

«Si on y parvient, on a dix minutes de motricité et de mobilité», ajoute l’instructeur. La deuxième étape va être de sortir de l’eau. Pour cela, il faut tenter de sortir de la glace dans la direction par laquelle on est arrivé. On doit ensuite s’agripper à la glace le plus loin possible de l’eau, et nager vigoureusement avec les pieds pour être en position de flottaison horizontale, dans laquelle il est plus facile de se hisser hors de la glace, tout en tirant sur ses bras sur la glace.

La perte de contrôle des bras et de la capacité à saisir un objet se fait progressivement en eau froide. Elle débute dans les 3 à 50 minutes suivant l’immersion, souligne la Société de sauvetage. Si une personne se trouve avec vous, elle peut vous lancer tout objet vous permettant d’améliorer votre prise sur la glace et ainsi ramper dessus. Cela peut être un simple stylo ou des clés.

1 heure pour éviter le risque d’hypothermie

Ouf, voilà, vous êtes sorti de la glace, mais le risque d’hypothermie est encore là. Dans l’heure qui suit votre chute dans la glace, vous pourriez perdre connaissance. Le premier réflexe à avoir est d’appeler immédiatement le 911 pour être pris en charge par les secours. Il devrait alors vous rester du temps pour vous mettre à l’abri, vous sécher et vous reposer.

Si vous ne parveniez pas à sortir de l’eau, quelques autres réflexes sont à adopter. Le premier: ne pas essayer de nager, cela ne reviendrait qu’à dépenser de l’énergie inutilement. Se souvenir de la première étape: 1 minute pour contrôler sa respiration, en restant le plus calme possible.

Dans l’eau froide, il est important de garder tous ses vêtements afin d’assurer sa propre flottabilité, mais aussi pour ralentir la baisse de température du corps. Les bras étendus dehors sur la glace pourraient geler, mais cela pourrait bien sauver votre vie, en vous empêchant de sombrer dans l’eau en cas de perte de connaissance.

En moyenne, environ 7 Québécois perdent la vie par noyade durant l’hiver.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.