Soutenez

Auteur de contenus racistes, un policier français veut venir au Québec « plus épargné par la diversité »

Le policier français, Auxane J a dévoilé le nom, des photos et l'adresse de nombreux suspects appréhendés. Photo: Capture d'écran - Site de Montréal antifasciste info

«Mon pays se détruit devant mes yeux et je ne peux rien y faire ». C’est un des messages partagés par un policier français, sur un canal Telegram de l’extrême droite québécoise, où il publiait de façon chronique des messages racistes à propos de ses arrestations.

Les informations sur ce policier, Auxane J, ont été réunies par le site d’informations français Médiapart dans une enquête publiée ce 4 janvier. Il a quitté son poste dans la police française début décembre et projetait de venir au Québec en janvier 2023, selon les informations du média français. Pour lui, la province serait plus « épargnée par la diversité » que ne l’est son pays natal.

Sur le canal Telegram Membres-Nomos TV, plateforme populaire de l’extrême droite québécoise fondée par Alexandre Cormier-Denis, le policier Auxane J évoque son arrivée prochaine tout autant que son adhésion à la nébuleuse théorie du grand remplacement ou au parti d’Éric Zemmour déjà condamné pour haine raciale et religieuse. Il utilisait Telegram pour raconter les arrestations qu’il effectuait, essentiellement celles de prévenus qui, selon lui, avaient tous des prénoms « noirs/maghrébins ou des pays de l’Est ».

Mediapart a lancé cette enquête après que des captures d’écran aient été publiées par le site d’information québécois Montréal antifasciste info qui était infiltré dans le canal Membres-Nomos TV. Ces captures d’écran montrent que l’ex-policier, n’hésitait pas à dévoiler des informations allant jusqu’aux adresses et/ou des photos dégradantes des suspects appréhendés.

Alors qu’il prévoyait arriver le 11 janvier à Montréal, il n’a pas été possible de connaître l’état de ses démarches en vue de son installation au Canada ni cette affaire affecterait ses projets d’immigration. A ce jour, Auxane J n’a pas reçu de condamnation sur les faits révélés par la presse, ce qui aurait rendu sa procédure d’immigration au pays plus complexe.

La préfecture de police de Paris a cependant déclaré à Médiapart, « le préfet de police a signalé ce gardien de la paix à l’autorité judiciaire le 26 décembre 2022 […], son comportement pouvant relever de qualifications pénales ». La tenue d’une enquête sur lui, dans son pays, empêchera-t-elle Auxane J d’immigrer au Québec ?

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.