National

Chefferie du Bloc: les candidats dévoilent leurs appuis

Chefferie du Bloc: les candidats dévoilent leurs appuis
Photo by: Yves Provencher/Métro

À quelques jours de la fin de la course à la chefferie du Bloc québécois, les candidats ont dévoilé leurs appuis.

L’ancien président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Mario Beaulieu, a notamment obtenu lundi ceux de l’ancien premier ministre Bernard Landry, de l’ex-député Pierre Curzi, de l’ancien président du Mouvement Desjardins Claude Béland et de l’actrice Lucie Laurier.

«Mario est un citoyen engagé. Ce sont des individus de ce type dont nous avons besoin pour relancer le combat vers l’indépendance nationale», a déclaré par vidéo M. Landry qui enseigne actuellement en Chine. «Dès le 15 juin, nous allons entreprendre la relance du mouvement indépendantiste», a clamé M. Beaulieu, qui veut recruter 50 000 nouveaux membres et faire élire entre 30 et 50 députés en 2015.

Le député du Bloc québécois André Bellavance peut pour sa part compter sur l’appui de Vivian Barbot, l’ancienne présidente du parti, d’une trentaine d’anciens députés du Bloc et des trois autres députés du caucus. «André Bellavance est le meilleur candidat pour conduire les destinées du Bloc québécois en raison de son expérience politique», a déclaré Mme Barbot.

«Dans un an, il va falloir se battre et je suis celui qui connaît le mieux les enjeux parlementaires, étant député depuis 10 ans et militant du parti depuis ses origines en 1993», a ajouté M. Bellavance.

Les quelque 19 000 membres du Bloc pourront commencer à voter par téléphone pour l’un ou l’autre des candidats mercredi à 8h. Le scrutin se terminera à 19h vendredi. Quant aux résultats, ils seront dévoilés samedi aux alentours de 11h au National, à l’occasion d’un rassemblement du Bloc à Montréal.

Pour le parti, cela clôtura une course à la chefferie peu suivie dans les médias. «Le poids médiatique du Bloc en 2013, c’est la moitié de celui de Douglas Murray, un joueur marginal du Canadien. Et en 2014, ça n’a pas été mieux», indique Jean-François Dumas, président d’Influence Communication, qui pense que le futur chef aura un important travail de rattrapage à faire.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *