National

Des panneaux à vitesse variable testés à Montréal et Québec

Des panneaux à vitesse variable testés à Montréal et Québec

Deux projets pilotes seront lancés cet automne sur les routes de Québec et de Montréal afin de tester des panneaux à vitesse variable.

C’est le ministre des Transports, Robert Poëti, qui a demandé que cette technologie soit mise à l’essai dans les régions de la Capitale-nationale et de la métropole. Les panneaux de signalisation choisis indiqueront la vitesse permise et la vitesse à laquelle roulent les automobilistes, ce qui encouragera ces derniers à peser sur les freins si cela s’avère nécessaire, d’après le ministre.

«À certains moments, la limite de vitesse pourrait être plus basse ou plus élevée, selon la circulation automobile ou la météo. On a la technologie pour le faire», a déclaré lundi M. Poëti, en entrevue à Métro.

Les panneaux à vitesse variable ne seront pas installés sur des autoroutes, a précisé M. Poëti. Ils se trouveront toutefois sur des routes qui sont sous la juridiction du ministère des Transports. Les voies de circulation choisies seront dévoilées cet automne, tout comme les détails du projet.

A priori, CAA-Québec voit d’un bon œil l’installation de panneaux à vitesse variable sur les routes du Québec.

«C’est louable quand on sait que l’objectif est d’améliorer le bilan routier, a dit la porte-parole de l’organisme, Anne-Sophie Hamel. On martèle depuis des années que les gens doivent adapter leur conduite selon les conditions qui prévalent sur la route, que ce soit la pluie, la neige, le vent ou encore la densité de la circulation. Un panneau comme cela pourrait aider à ce que les gens le fassent.»

La chroniqueuse automobile, Nadine Filion, est aussi enthousiaste à l’idée que les limites de vitesse soient modulées selon les obstacles sur la route. «À condition que les Québécois se montrent assez fins pour respecter ces limites, a-t-elle souligné. Parce que si on allait vers le 120km/h, il ne faudrait pas que les conducteurs s’imaginent que les policiers soient tolérants à 130km/h ou 135 km/h.»

Le ministre Poëti a indiqué qu’il n’entend pas revoir à la hausse les limites de vitesse en raison notamment l’état des routes du Québec. Les limites permises et tolérées demeureront les mêmes, a-t-il dit à Métro.

Des panneaux à vitesse variable se retrouvent notamment en Europe. En France, par exemple, les limites diminuent de 130km/h à 110km/h lorsque que la météo n’est pas clémente.