National

Crise des réfugiés: Mulcair blâme Harper

Federal NDP Leader Tom Mulcair speaks to supporters during a rally in Halifax on Sunday, Aug.30, 2015. THE CANADIAN PRESS/Darren Pittman Photo: Darren Pittman / La Presse canadienne

KAMLOOPS, C.-B. — Le Canada n’en a pas assez fait pour les réfugiés qui fuient en grand nombre la Syrie et l’Irak, selon Thomas Mulcair. Et le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) n’hésite pas à blâmer Stephen Harper et son gouvernement dans ce dossier.

L’Europe est aux prises avec une grave crise depuis des semaines. Eurotunnel fermé, migrants noyés, frontières bloquées par des clôtures et des barbelés, camions devenus tombes de migrants clandestins… Tout ça ne peut laisser personne indifférent, selon M. Mulcair.

Interrogé alors qu’il était en campagne en Colombie-Britannique, mercredi matin, le chef néo-démocrate a déclaré que le Canada n’avait pas fait sa part pour éviter cette crise.

«La crise humanitaire qu’on est en train de voir en Europe est la pire depuis la Deuxième Guerre mondiale», a fait valoir M. Mulcair, à Kamloops.

«Le Canada n’a pas fait sa part à cause des conservateurs», a-t-il accusé, avant de promettre qu’un gouvernement néo-démocrate ferait ce qu’il faut.

Le chef libéral Justin Trudeau a, lui aussi, rappelé qu’après avoir annoncé que le Canada accueillerait un certain nombre de réfugiés syriens, Stephen Harper et son ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration, Chris Alexander, n’ont jamais confirmé combien de Syriens étaient finalement entrés au pays.

Par ailleurs, M. Mulcair s’est présenté comme le meilleur allié des Premières Nations qui dressaient une liste de leurs demandes électorales, mercredi après-midi. Et il a rappelé que s’il formait un gouvernement, il rétablirait la livraison du courrier à domicile, répondant ainsi à l’une des réclamations du maire de Montréal, Denis Coderre, qui, lui aussi, publiait sa liste de voeux électoraux, mercredi.

Avant de se prononcer sur tous ces dossiers, le chef du NPD avait annoncé sa promesse électorale du jour: 28 millions $ pour un programme qui encouragerait les jeunes Canadiens à pratiquer des activités sportives.

«Les sports représentaient une partie importante de ma vie, que ce soit sur un terrain de basketball, de football, dans la piscine ou à l’aréna, a dit M. Mulcair, alors qu’il s’est joint à une partie de hockey dans la rue avec un groupe d’enfants. Je me gardais en forme et développais des habiletés importantes de leadership et de travail en équipe qui m’ont bien servi jusqu’à ce jour.»

Au cours d’un premier mandat, un gouvernement néo-démocrate investirait 28 millions $ dans Sport Canada afin de soutenir les jeunes sportifs et d’encourager l’activité physique des jeunes de familles à faible revenu.

Cet investissement augmenterait les fonds mis à la disposition des provinces et des territoires pour les programmes sportifs communautaires dans le cadre des accords bilatéraux de Sport Canada.

M. Mulcair a indiqué que le financement aiderait les familles à s’acquitter des frais d’inscription, d’équipement et de transport.

Il s’agissait du dernier arrêt du chef néo-démocrate dans le cadre d’une tournée de trois jours dans la région du sud de l’intérieur de la Colombie-Britannique, un secteur largement conservateur où M. Mulcair tente de faire des gains.

Articles récents du même sujet