In Libro Veritas
08:14 27 janvier 2021 | mise à jour le: 27 janvier 2021 à 08:18 temps de lecture: 4 minutes

­Passe-moé la puck

­Passe-moé la puck

Quelque part après leur premier album éponyme, dans une loge ­post-spectacle, avec les membres des ­Colocs. Aucun souvenir comment j’avais réussi, cela dit, à me ­rendre-là.

Dédé est en feu. Le sourire, et la gueule, ne lui arrêtent pas deux secondes.

Satisfaction, indubitable, d’un show de feu. Malgré l’aspect animal de la bête de fête, une trame continue se dégage du propos : le social ou, plutôt, le refus opiniâtre d’accepter l’inacceptable. Alors que l’ado en moi voyait principalement dans son band des clowns assumés (les suits de mononc’ ­Serge, les divans bousillés pendant les shows, les 456 références aux joints fumés ­pré-show), j’ai compris, pardon du décalage, qu’il s’agissait plutôt du contraire : un band social qui joue aux clowns. Pas parfaitement la même chose. Mon écoute de leurs premières tounes et de celles à venir allait en être percutée.

­Passe-moi la puck, par exemple. Un petit ­chef-d’œuvre de poésie de rue. Le dernier bout, surtout : 

[…]

J’t’allé m’chauffer les fesses au bureau du B.S.

Mais on peut pas t’aider si t’as même pas d’adresse

Ça fait qu’j’allé tchéquer un p’tit logement ­deux-pièces

On peut pas te louer, t’as même pas d’B.S.

Aujourd’hui la télévision est v’nue nous voir

J’me sentais comme un rat dans un laboratoire

Y’a l’Armée du ­Salut, pourquoi tu vis dans’ rue ?

J’ai dit ben ­passe-moé la puck

J’ai dit ben ­passe-moé la puck

Ben ­passe-moé la puck pis j´vas en compter des buts !

***

Je demande, parfois, comment ­Dédé réagirait à la bêtise ambiante contemporaine, et me dis que nos politiciens doivent se compter chanceux de son (trop) hâtif départ. Parce que beaucoup moins de coups de pied au cul, ô combien mérités, ne se perdraient. Particulièrement en ce qui a trait aux violences faites aux démunis. Les sans domiciles fixes, par exemple.

– ­Monsieur le premier ministre, ­allez-vous exempter les itinérants du ­couvre-feu ?

– ­Ah ben non ! ­Tout le monde doit participer à l’effort !

– ­Oui, mais s’ils n’ont pas de domicile ?

– Écoutez, là, c’est important qu’on ne divise pas les ­Québécois sur ces ­questions-là… ­Restons unis, d’accord ?

– ­Euh… ok… ­Donc si je comprends bien, ceux qui dénoncent les conditions des itinérants divisent les ­Québécois ?

– ­Restons unis, svp, restons unis.

– ­Mais les policiers ­vont-ils imposer des amendes à ces mêmes itinérants pour violation du ­couvre-feu ?

– ­Oui.

– N’­est-ce pas absurde ?

– ­Ben non. Parce qu’autrement, vous comprenez bien, n’importe qui pourrait se faire passer pour un itinérant afin d’éviter de payer l’amende, ­comprenez-vous ?

– ­Les policiers, en tapant leurs noms dans leur ordinateur, peuvent voir s’ils ont une adresse, non ?

– …

Peu après, un itinérant autochtone, dans une tentative manifeste d’éviter l’interpellation policière, devait mourir de froid dans une toilette chimique. Sans surprise non plus, les récents chiffres confirment ce que d’aucuns redoutaient : ces mêmes itinérants autochtones font, dans des proportions absurdes, davantage l’objets de contraventions qu’autrui.

­Boss, c’­est-tu du racisme systémique ce qu’on ­fait-là ?

– ­Veux-tu ben fermer ta yeule avec ça…

– C’est parce que du 20 pour 1, ça commence à faire pas mal, non ?

– ­Eille ! ­Mes chroniqueurs fétiches le disent à chaque jour : le racisme systémique, ça vient des ­campus-woke des ­USA, pas d’icitte….

***

Punir un ­sans-abri parce qu’il est… ­sans-abri.

– ­Pourquoi tu vis dans rue, déjà ?

– ­Parce que jamais personne ne m’a passé de puck ?

– ­Des excuses, des excuses… ­Tiens, en attendant, v’là ta contravention de 1 000 $. T’as un mois, pour la payer.

– ­Pis je vais payer ça comment ?

– C’pas mon problème, pis c’est pas moi qui décide.

– C’est qui alors ?

– ­Le système…

Des coups de pieds dans le cul qui se perdent, mon ­Dédé. Et plus que moins.

Articles similaires

10:00 6 février 2021 | mise à jour le: 5 février 2021 à 14:33 temps de lecture: 4 minutes
Faire les innocents