Politique

Avortement: «Aucun compromis», dit Anglade

Dominique Anglade, chef du Parti libéral du Québec
La cheffe du Parti libéral, Dominique Anglade Photo: Josie Desmarais/Métro

À la suite de la fuite d’un document publié par le journal Politico révélant que le droit à l’avortement est en péril aux États-Unis, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) a demandé aux partis d’exclure tout candidat qui se prononçait contre l’avortement.

Québec solidaire a aussitôt réagi en repartageant un article signé par Manon Massé, paru le 8 mars dans le Journal de Québec, qui rappelait que le Parti conservateur du Québec présente un médecin antiavortement aux prochaines élections.

La porte-parole de Québec solidaire se dit «contente» d’entendre que Dominique Anglade ait «appuyé aujourd’hui» cette demande qui a déjà été soulevée lors de la journée de la femme, le 8 mars dernier.

Dans la même veine, la mairesse de Montréal a lancé un gazouillis en soutien «à toutes les Américaines qui exigent que leur droit de disposer de leur corps soit respecté».

«Limiter les droits des femmes est inacceptable. Ne tolérons aucun recul», déclare-t-elle dans son gazouillis sur Twitter.

D’autres personnalités politiques québécoises ont réagi, notamment le chef du Parti conservateur, Éric Duhaime, qui se dit «pro-choix».

«Leur cancel culture (culture de l’annulation) les amène maintenant à réclamer que seuls les gens qui pensent comme eux peuvent se porter candidats. En fait, leur demande du jour est anti-démocratique et hypocrite. Ça sent la panique devant la montée conservatrice», peut-on lire dans un autre de ses gazouillis sur son compte Twitter personnel.

Arrêt complet de Roe c. Wade?

La fuite d’un document du plus haut tribunal des États-Unis par le journal Politico laisse entendre que la Cour suprême pourrait bientôt annuler l’arrêt Roe c. Wade, qui protège le droit à l’avortement dans ce pays depuis 50 ans. Selon le document, une majorité de juges siégeant à la Cour suprême voterait en faveur d’un renversement de la décision «Roe vs Wade».

Même si la Cour suprême a confirmé l’authenticité du document ayant fait l’objet de la fuite, elle affirme «qu’il ne s’agit pas d’une décision de la Cour ni d’une position finale d’un de ses membres».

L’arrêt Roe c. Wade, rendu en 1973, avait garanti le droit des femmes partout aux États-Unis de subir un avortement.    

Avec la participation de Yann Nopieyie.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet