Santé
11:57 13 juillet 2020 | mise à jour le: 13 juillet 2020 à 15:25 temps de lecture: 2 minutes

«Trop de pays vont dans la mauvaise direction», tonne l’OMS

«Trop de pays vont dans la mauvaise direction», tonne l’OMS
Photo: Elijah Nouvelage/Getty ImagesUne importante résurgence a eu lieu récemment aux États-Unis, dont à Atlanta.

Devant une résurgence du coronavirus, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est dite inquiète lundi, clamant que «trop de pays vont dans la mauvaise direction».

C’est ce qu’a affirmé le directeur général de l’organisme onusien, Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui réagissait notamment à l’ajout de 200 000 cas de COVID-19 au total mondial.

Plus de 13 millions de personnes ont reçu des diagnostics positifs au coronavirus depuis le début de la pandémie. Et au-delà de 550 000 personnes y ont succombé.

«Certains pays luttent maintenant contre de nouveaux pics. L’épicentre demeure dans les Amériques. Laissez-moi être cru: trop de pays vont dans la mauvaise direction», a indiqué M. Ghebreyesus.

«Des messages flous de la part des leaders sapent nos efforts les plus critiques.» – Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS

Aux États-Unis, le pays le plus touché dans le monde, les autorités sanitaires ont enregistré dans les dernières 24 heures plus de 66 000 cas. Après une période de confinement, qui a fortement freiné la transmission du virus, le pays de l’Oncle Sam a rapidement rouvert une bonne partie de ses activités économiques. Voilà qu’il enregistre régulièrement des nombres records d’infections.

Au Brésil, la tendance est toujours à la hausse, si bien que les autorités locales ont récemment confirmé l’infection de 45 000 nouvelles personnes. Le virus a d’ailleurs infecté le président du pays d’Amérique du Sud, Jair Bolsonaro, qui niait l’ampleur de la pandémie.

Au contraire de certains de ses voisins, le Canada semble avoir pris le contrôle du virus. Les plus récents rapports font état de 200 nouveaux cas en 24h.

Encore du travail

L’OMS maintient que les pays touchés doivent continuer de marteler le message de santé publique à leur population.

«Si les populations ne suivent pas les mesures de distanciation, de lavage de mains, de port du masque, la pandémie ne va aller que dans une direction. Ça va être de pire, en pire, en pire», a ajouté le directeur général de l’organisme.

Articles similaires