Carrières
06:30 27 décembre 2020 | mise à jour le: 27 décembre 2020 à 08:23 temps de lecture: 5 minutes

Soyez futés, sachez déjouer les fraudes avant qu’il ne soit trop tard

Soyez futés, sachez déjouer les fraudes avant qu’il ne soit trop tard
Photo: 123rfLa police suggère de bien vérifier l’authenticité d’un appel ou d’un courriel avant de divulguer des informations personnelles ou de cliquer sur un lien.

Si on fait exception du tour de force d’avoir mis au point deux vaccins contre le coronavirus en neuf mois, 2020 a été une année extrêmement difficile sur plusieurs plans… Sauf pour les professionnels de la fraude et les arnaqueurs qui, eux, se sont enrichis aux dépens d’un grand nombre de Canadiens selon différentes sources.

Car les fraudes sont à la hausse, particulièrement depuis la pandémie. De janvier à juillet 2020, donc sept mois, le Centre antifraude du Canada a enregistré 23 655 plaintes, soit autant que pour les 12 mois de 2019. À ce rythme, la possibilité de franchir la barre des 40 000 dénonciations est réelle.

On peut penser que ce n’est que la pointe de l’iceberg, car tout le monde ne porte pas nécessairement plainte. (J’en suis la preuve vivante…)

Prendre connaissance de la liste des fraudes expliquée sur le site web du Centre antifraude donne froid dans le dos, tant elles sont nombreuses et variées. Savoir reconnaître les comportements des personnes mal intentionnées aide aussi à se protéger.

Prioriser le courrier

Mais pourquoi sont-elles en hausse? La réponse est d’une évidence désarmante.

«On peut présumer que certains appels sont payants, affirme Josée Cabral, porte-parole et spécialiste de l’impôt supérieur chez H&R Block, sinon ils ne seraient pas si nombreux.»

En tant qu’experte de l’impôt habituée aux méthodes de l’ARC, Mme Cabral trouve important d’apporter ses lumières quant aux procédures courantes de l’Agence, histoire de prévenir la fraude justement.

«Jamais les gens de l’ARC ne contactent les contribuables par téléphone, poursuit-elle. Les communications se font toujours par courrier dans un premier temps.»

Des signes révélateurs

Parmi les signes qui devraient mettre la puce à l’oreille des gens qui reçoivent de tels appels est le ton menaçant des interlocuteurs.

«Les employés de l’ARC ne feront jamais de menaces, n’emploient jamais un langage offensant. Au contraire, ils sont vraiment là pour aider les contribuables, pour répondre à leurs questions et trouver des solutions à leurs problèmes.»

Le ton, c’est vraiment important, ajoute la porte-parole de cette société américaine fondée en 1955, d’où l’utilisation d’une voix d’homme qui, avec son ton autoritaire, souhaite intimider sa proie, lui faire peur, la forcer à passer à l’action.

En cas de doute, la solution est hyper facile: demander à cette personne qui dit appeler de l’ARC son numéro d’agent ou le numéro de téléphone où vous pouvez la rejoindre. La personne mal intentionnée va raccrocher sans demander son reste, car votre demande l’a effrayée, lui a montré que vous ne serez pas une cible facile.

«Quand on reçoit un appel douteux, c’est la chose à faire», assure Mme Cabral.

Dénoncer la fraude

Après avoir mis fin à un appel frauduleux, contactez le Centre antifraude du Canada afin qu’il puisse répertorier et documenter votre cas. «C’est un élément auquel on ne pense pas, mais c’est important de le faire, car leurs données ne pourront pas être mises à jour [si personne n’appelle]», indique Josée Cabral, de H&R Block.

Tous les contribuables devraient finalement s’inscrire à Mon Dossier de l’ARC, conseille l’experte en impôts, ne serait-ce pour prendre connaissance des documents les concernant: déclarations fiscales, lettres envoyées et notes portées à notre dossier à la suite d’appels. On devrait faire la même chose avec clicSÉCUR de Revenu Québec.

Il ne faudrait pas attendre d’être victime de fraude pour passer à l’action, car il y a un risque de faire les choses dans l’urgence et la précipitation.

Sept conseils pour assurer sa sécurité

  1. Demander à notre interlocuteur un numéro pour le joindre. On raccroche et l’appelle.
  2. Se souvenir que l’Agence du revenu du Canada procède rarement par téléphone. Si c’est vraiment l’ARC qui appelle, le préposé vous donnera son numéro d’agent ou un numéro pour le rejoindre.
  3. Avant de recevoir un appel de l’ARC, plusieurs lettres auront d’abord été expédiées par la poste.
  4. Si votre dossier fait l’objet d’une vérification, les échanges se feront d’abord par courrier.
  5. Se prémunir veut aussi dire être au courant de l’état de ses impôts. Si vos comptes sont à zéro, vous savez que les menaces d’emprisonnement, de révocation de permis, de visas ou de statuts sont fausses.
  6. Si vous pensez que c’est un appel douteux, raccrochez et appelez la ligne générale de l’Agence pour en avoir le cœur net. Le numéro de l’ARC pour les particuliers est 1-800-959-7383.
  7. Ne jamais divulguer d’informations personnelles, surtout pas son numéro d’assurance sociale (NAS) ni sa date de naissance, à moins que ce soit vous qui ayez initié l’appel.
  8. Ne jamais cliquer sur les hyperliens contenus dans les messages.

Articles similaires