Culture
23:04 15 mars 2017 | mise à jour le: 15 mars 2017 à 23:04 Temps de lecture: 3 minutes

Série Béliveau: L’homme derrière le Gros Bill

Série Béliveau: L’homme derrière le Gros Bill
Photo: Historia

Si les exploits sportifs de Jean Béliveau ont alimenté sa légende, c’est la droiture de l’homme qui a laissé une marque indélébile dans l’imaginaire des Québécois.

La série Béliveau, diffusée sur la chaîne Historia à partir de mercredi prochain, n’ignore pas le passé glorieux du Gros Bill, joué par Pierre-Yves Cardinal (Tom à la ferme, Les jeunes loups), avec le Canadien de Montréal. Les deux premiers épisodes, présentés aux médias hier, comptent de nombreuses scènes de hockey: les débuts à Québec, l’adaptation à la LNH (et à Maurice Richard), les premières Coupes Stanley.

Cependant, la caméra s’intéresse davantage au protagoniste, à ses relations, surtout à celle avec sa femme Élise (Madeleine Péloquin) et à ses valeurs : il était loyal (presque trop), droit, généreux et déterminé à contrôler son destin.

«Les scénarios qui intéressent les gens sont souvent dans la confrontation, a expliqué Jacques Savoie, auteur de la série, à Métro. Avec Béliveau, j’avais l’occasion de faire une série sur les valeurs. Sans lui, les gens auraient dit que c’était trop fleur bleue et trop rempli de bonnes intentions. Mais la présence de Béliveau a rendu la chose possible.»

«Aujourd’hui, Jean Béliveau ne représente pas la même chose pour moi qu’au moment où j’ai commencé le projet. Ce qu’on retient de lui, ce n’est pas nécessairement ce qu’il a fait, mais plutôt ce qu’il était.» – Jacques Savoie, auteur de la série

«Dix Coupes Stanley, c’est extraordinaire, mais ce qui le rend encore plus intéressant, c’est tout ce qu’il a dû abattre comme ouvrage pour en arriver là», a pour sa part dit Cardinal.

L’acteur a aussi eu conscience de la responsabilité qui lui incombait quand il a accepté de jouer le rôle du plus grand capitaine de l’histoire du Tricolore. «Tu dis oui tout de suite quand on te l’offre, s’est-il rappelé. C’est un rôle de rêve et un grand honneur, mais ça engendre aussi une grande nervosité.»

Un sentiment partagé par Patrice Bélanger, qui campe le rôle d’une autre légende du CH, Boom Boom Geoffrion.  L’anxiété était toutefois moins grande, puisque Mme Béliveau et sa fille, Hélène, avaient donné leur aval au projet. «À partir de ce moment-là, nous devions seulement nous assurer de demeurer le plus fidèles possible à l’histoire. Ç’a été un heureux défi.»

Fougueux à sa façon
Jean Béliveau avait une personnalité très différente de celle de l’autre grande légende du Canadien, Maurice Richard. Cela ne veut toutefois pas dire qu’il manquait de caractère.

Yvan Cournoyer m’a dit que Jean [Béliveau] était capable de brasser ses joueurs en tant que capitaine si ça n’allait pas bien, a raconté Pierre-Yves Cardinal, qui joue le célèbre numéro 4 dans la série Béliveau. Ç’a m’a donné le feu vert pour le jouer avec une certaine fougue.»

Articles similaires