Culture

Cette semaine, Métro craque pour Lamomali de -M-, NoteRythme, X-Files pour les enfants…

Photo: Collaboration spéciale

Cette semaine, Métro craque pour…Lamomali de -M-, NoteRythme, X-Files pour les enfants, Boost, Le bébé boss, Musiques du diable et autres bruits bénéfiques et Richard Desjardins à la sauce Fred Fortin.

1. Lamomali de -M-
Alors qu’il chantait dans son deuxième album Je ne connais pas l’Afrique, Mathieu Chedid, alias -M-, rend aujourd’hui un hommage envoûtant au Mali. Cinq ans après Îl, son dernier disque studio, le chanteur français offre Lamomali, un voyage musical pour toutes les oreilles éprises d’aventure et de découverte. On aurait pu s’attendre à un étalage de clichés musicaux africains, mais il n’en est rien. Fruit de sa rencontre avec les deux artistes maliens Toumani et Sidiki Diabaté, le projet révèle une fois de plus l’éclectisme et la passion de -M-. Les rythmes des percussions et le son de la kora rencontrent la voix de Chedid, mais aussi celle de la chanteuse malienne Fatoumata Diawara. Le musicien s’est entouré de plus d’une quinzaine d’artistes provenant de différents univers sonores (Oxmo Puccino, Amadou & Mariam, Jain, Seu Jorge, Louis Chedid, Youssou N’Dour, etc.). Le résultat, un opus ensoleillé et étonnant aux merveilleuses orchestrations qui met un peu de couleur dans la grisaille ambiante.(Anicée Lejeune)

2. NoteRythme
Récemment, je suis tombée sur une émission pour enfants diffusée à Radio-Canada le dimanche à 9 h qui s’appelle NoteRythme. Elle existe depuis quelques années, mais quand j’ai discuté avec des parents, peu m’ont dit la connaître. Le concept? Des écoles primaires sont invitées à faire un lip dub sur une pièce d’artistes tels Alexandre Poulin, Zaz ou The Garlics. C’est si captivant que l’hyper turbulent chroniqueur aux affaires enfantines de Métro, Henri Levasseur, est capable de rester plusieurs minutes sans bouger. Un miracle! (Rachelle McDuff)

3. X-Files pour les enfants
Un livre pourrait bien être l’outil idéal pour initier les tout-petits au monde de X-Files sans qu’ils se retrouvent dans un bureau de psychologue une fois adultes, maudissant les goûts télévisuels lugubres de leurs parents. The X-Files: Earth Children Are Weird, qui doit sortir le 29 août, est un livre illustré qui met en vedette Mulder et Scully, version gamins. Les deux potes s’installent pour camper dans la cour arrière, mais leur nuit est perturbée par divers phénomènes étranges (paranormaux?).  (Mathieu Horth Gagné)

4. Boost
Hakeem et A-Mac, comme bien des ados, sont attirés par le mode de vie idéalisé des vidéos de rap, celui où on passe ses soirées à fumer des joints et à boire de la bière avec des filles dans une voiture de luxe… volée. C’est après une de ces soirées que la vie des deux jeunes dérape. Premier long métrage du Montréalais Darren Curtis, Boost pose un regard sans jugement sur la réalité des immigrants dans Parc-Extension, sujet trop peu abordé dans le cinéma québécois. On recommande toutefois la v.o. en anglais, question de ne pas avoir à entendre «mon frère» 25 fois. En salle. (Marie-Lise Rousseau)

5. Le bébé boss
Franchement, Le bébé boss ne fait pas partie de la crème des films d’animation pour enfants (bon, nous nous sommes peut-être assoupi pendant quelques minutes dans le cinéma), mais il a frappé une corde sensible chez Édouard, chroniqueur junior chez Métro. «C’est trop drôle quand le bébé pète au moment où on lui met de la poudre pour bébé sur les fesses. Ça fait comme une bombe!» Fine analyse. En salle. (Mathieu Horth-Gagné)

6. Musiques du diable et autres bruits bénéfiques
On connaît seulement 6 des 125 albums qu’Alexandre Fontaine Rousseau recense dans ce livre diaboliquement divin. Heureusement, il n’est absolument pas nécessaire de connaître tous les bands de «rock de cabochon» et de «dub-gothique vraiment lo-fi» qu’AFR adule pour apprécier son esprit tordant (et tordu?). On y apprend entre autres que Aesthetica, de Liturgy, «c’est un peu la poutine avec des rondelles de pogo de la musique extrême», et qu’«écouter le nouvel album des Strokes, c’est un peu l’équivalent de se commander une pizza un vendredi soir». De quoi remettre à leur place les critiques de disques qui se prennent trop au sérieux. Aux Éditions de Ta mère. (Marie-Lise Rousseau)

7. Desjardins à la sauce Fortin

Pierre Foglia a déjà écrit que Fred Fortin lui faisait penser à Richard Desjardins, pas à cause de son écriture ou de sa musique, mais à cause de son âme. Le vénérable chroniqueur à la retraite avait frappé dans le mille à l’époque, tandis que Fortin s’est approché un peu plus de la légende abitibienne en s’attaquant à une de ses pièces phares, Tu m’aimes-tu. L’interprétation bluesy de la chanson et le magnifique clip qui l’accompagne sont de dignes hommages à l’original. La reprise se trouve sur une compilation dédiée à Desjardins qui sera offerte dès le 28 avril.  (Mathieu Horth Gagné)

On se désole pour…

Les sodas «engagés»

C’est une pub qui a créé toute une commotion. Dans les rues d’une ville (laquelle?), des gens souriants manifestent (contre quoi?) en tendant des pancartes (aux messages follement flous). Sortie d’un immeuble, Kendall Jenner observe de ses grands yeux cette marche (pour…?). Rebelle sans cause, elle arrache soudain sa perruque blonde (geste subversif) et se joint à la foule de joyeux marcheurs, pardon manifestants. Dans un geste ultime, elle tend à un policier une cannette de Pepsi. Ce dernier sourit, la foule explose en cris de joie et le sort du monde est réglé. Sous le flot de critiques l’accusant d’exploiter des mouvements contestataires à des fins commerciales, la compagnie a fini par retirer ladite pub. On se désole toutefois que quelque chose d’aussi nono ait seulement vu le jour.  (Natalia Wysocka)

Articles récents du même sujet