Culture

Critiques CD de la semaine du 25 au 29 février 2008

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Plants and Animals, Matt Costa, Darling A, Monsieur Clément et Janet Jackson…

Biodôme musical
Plants and Animals
Parc Avenue (4/5)

 
Avec son tout premier CD, Plants and Animals montre que la flamme indie montréalaise n’est pas morte. Le trio adopte un registre aussi large qu’intéressant, allant de la beauté brute à la singularité charmante. Tantôt rock (Bye Bye Bye), tantôt planant (À l’orée des bois), tantôt indéfinissable (Mercy), l’album veut aussi traduire la multitude de visages de l’avenue du Parc de la métropole. Une chose est sûre, l’étiquette Secret City sait miser sur les bons chevaux. Et risquons-nous au jeu des comparaisons en associant P&A… aux incomparables Beatles. Sacrilège!
– Vincent Fortier

La même route
Matt Costa
Unfamiliar Faces (3/5)

 
La formule est la même, et le résultat est… semblable. Avec Unfamiliar Faces, Matt Costa poursuit dans la même veine que Songs We Sing, son premier opus sorti en 2005 : une pop qui se digère facilement… et qui s’oublie tout aussi aisément. La guitare ensoleillée y est prédominante (quoique plus cinglante sur Cigarette Eyes) et l’harmonica se fait entendre à quelques reprises (notamment dans la délicieusement western Never Looking Back). On aime toujours son timbre de voix quelque peu naïf et ses refrains très peace and love, mais on se suprend parfois à regarder par la fenêtre et à se perdre dans ses propres pensées.
– Marc-André Lemieux

Pour les curieux
Darling A
Darling A (Mini-album) (3/5)

Darling A s’est fait remarquer lors du dernier Festival de Petite-Vallée en remportant le prix de la chanson ayant le plus fort potentiel radiophonique avec Espace temporaire. Le prix peut faire sourciller… Bon, le mélange d’acoustique et d’électronique rappelle le son d’Ariane Moffatt mais, à part ça, la pièce plutôt atmosphérique ne fera sûrement pas le 6 à 6. Néanmoins, ce mini-album autoproduit de cinq pistes est de bon augure : il comporte de très belles
trouvailles, et les mélodies sont agréables. Toutefois, il y a la voix et l’accent de la chanteuse qui sont un peu trop, disons, ordinaires. À surveiller.
– Eric Aussant

Les paroles d’abord
Monsieur Clément
Comme un enfant (3/5)

 
Comme un enfant est le deuxième album de Monsieur Clément, un Français d’origine italienne. Dans la veine des chanteurs français Raphaël et Calogero, Monsieur Clément présente des textes soignés et de belles mélodies. Malgré un talent certain pour l’écriture, ses chansons ne sont pas innovatrices et aucune d’entre elles ne ressort du lot, sauf peut-être celle qu’il fait en duo avec Ariane Moffatt : Grandeur nature reste la pièce la plus réussie de l’album. Comme un enfant est tout de même un joli album, qui s’écoute bien, mais qui n’excite en rien nos oreilles en manque d’originalité.
– Geneviève Vézina-Montplaisir

Trop, c’est trop!
Janet Jackson
Discipline (2/5)

 
Janet Jackson n’a donc rien compris! En dépit de l’échec retentissant de ses deux derniers albums, la chanteuse persiste et signe Discipline, un autre opus bourré de rimes explicites et bon marché. Empruntant une voix de minette en chaleur sur des beats dance sans âme, Miss Jackson joue la carte du sexe sans aucune subtilité. Et quand elle ne feint pas l’orgasme, elle joue les fleurs bleues sur des ballades insipides faites pour des fillettes de huit ans (Greatest X, Never Letchu Go). On aime danser sur Feedback et Rock With U, mais on aurait souhaité plus de maturité de la part d’une femme de 41 ans…
– Marc-André Lemieux

Évaluation: 5/5 = Sublime, 4/5 = Recommandé, 3/5 = Bien, 2/5 = Moyen, 1/5 = Sans intérêt

Articles récents du même sujet