Culture
11:35 20 avril 2018 | mise à jour le: 20 avril 2018 à 11:35 Temps de lecture: 2 minutes

Critique CD: Nightseeker, M. Chandler et DJ Esco

Critique CD: Nightseeker, M. Chandler et DJ Esco
Photo: Archives Métro

Cette semaine, l’équipe de Métro a écouté les derniers albums de Nightseeker, M. Chandler et DJ Esco.

Capsule temporelle
Nightseeker
3069: A Space-Rock Sex Odyssey
••••
Le bassiste fictif Deaner, du film culte Fubar, est de retour, avec un véritable album, qui surprend par sa valeur et le sourire incontrôlable qu’il provoque. Le Montréalais Paul Spence, alias Dean «the Deaner» Murdoch, signe ici un concentré de métal des années 1980, du power metal (The Nightseeker) au pur heavy metal, lourde basse et drum déchaîné inclus (Space Arc of the Covenant, The Dragon’s Lair), en passant par la joie du glam metal (Thunder and Lightning). 
La prémisse de l’odyssée? Simple: «Evil triumphed and mankind burned». –Carine Touma

Indie pop
M. Chandler
M. Chandler
•••1⁄2
La pochette du CD, d’un brun douteux et ornée d’un Humpty Dumpty en bobettes, intrigue au premier regard.
 Le résultat est (agréablement) surprenant. Le projet est en fait une collaboration de Ian Kelly à la voix et à l’écriture et du Magneto Trio (Sylvain Clavette, Mario Légaré et Rick Haworth) aux instruments. Ce sont 10 chansons originales, en français (une première pour Kelly), sur les thèmes du quotidien: le couple, la famille, vieillir, le bonheur. La musique est bonne, très bonne. Les paroles sont belles, très belles. –Virginie Landry

Un Dj sans Future
DJ Esco
KOLORBLIND
•••
Le producteur de trap atlantais DJ Esco sort son premier album KOLORBLIND. En plus du rappeur Future – pour qui DJ Esco écrit des beats depuis des années –, l’album porte la griffe de gros noms comme YoungThug, NasetTyDolla $ign. C’est malheureusement la participation de Future qui laisse à désirer sur cet album, autrement extrêmement intéressant: les beats de DJ Esco représentent la crème de la crème. Dommage que Future fasse de KOLORBLIND un album prévisible et répétitif avec ses bars qui manquent d’enthousiasme. –Alexis Boulianne

Articles similaires