Culture

Nouvelle saison du Théâtre de La Licorne: Place à la jeunesse!

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Pour sa 28e saison, le Théâtre de la Licorne propose de nombreuses créations et fait une belle place à la relève. Présentées hier par le directeur artistique et général de l’institution, Jean-Denis Leduc, les 17 productions qui envahiront les scènes de La Licorne et de la Petite Licorne «seront em­preintes d’enjeux sociaux et d’humanité».

Ce sont deux pièces présentées l’an dernier à la Petite Licorne qui ouvriront la saison de La Licorne, qui compte 10 créations. Trains fantômes et Slague, l’histoire d’un mineur ont toutes les deux été écrites par l’auteur canadien-anglais Mansel Ro­bin­son.

Seront ensuite présentées Le Palier de Réal Beauchamp et Jean-Guy Côté et Après
la fin de Denis Kelly qui, selon la comédienne Sophie Ca­dieux, «tente de montrer que toute tentative de contrôler un individu est vaine».

La création Avaler la mer et les poissons de Sylvie Dra­peau et Isabelle Vincent fera quant à elle son dernier tour de piste au Théâtre du Rideau vert après avoir été présentée à la Licorne en 2005 et 2007.

Les célèbres Contes urbains seront aussi de retour pour le temps des fêtes avec des interprètes comme Marie-Ève Perron et David Boutin.

Mettant en vedette Antoi­ne Bertrand, Le Pillowman sera la première pièce à être
présentée en 2009, suivie des Points tournants, qui partira ensuite en tournée.
«La Manufacture est la compagnie de théâtre qui tourne le plus au Québec et au Canada», affirme Jean-Denis Leduc, un de ses fondateurs.

Formule gagnante
Après avoir obtenu du succès l’an dernier, les pièces La fête sauvage et Les Frères Laforêt sont, elles aussi, remises à l’affiche avant la dernière pièce de la saison, J’aurais voulu être un artiste…

«Prolonger la vie de nos créations permet de développer un nouveau public», assure Jean-Denis Leduc. «Ça permet aussi aux gens qui ont manqué certaines pièces d’avoir la chance de les voir, soutient Sophie Cadieux. Quand on a répété 150 heures pour une pièce, c’est le fun de pouvoir la présenter plus que 18 fois!»

Articles récents du même sujet