Culture
23:34 29 juillet 2018 | mise à jour le: 30 juillet 2018 à 13:40 Temps de lecture: 6 minutes

Huit spectacles enlevants à Heavy Montréal

Huit spectacles enlevants à Heavy Montréal
Photo: Pablo A. Ortiz/Métro


Susan Moss/evenko

Pour sa neuvième édition, le festival Heavy Montréal en a mis plein les oreilles aux purs et durs de musique rock et heavy metal, qui ne se sont pas laissé décourager par une violente averse le premier soir. Retour sur quelques-uns des meilleurs moments de cette fin de semaine.

Limp Bizkit
Les étoiles du nu metal ont signé la fin de Heavy Montréal 2018 dimanche avec un show tellement survolté que les gars semblaient parfois avoir perdu le contrôle. Un concert comme on en voit rarement. Tout le parterre s’est mis à bondir au rythme de My Generation, pendant que Fred Durst faisait connaissance avec son public, surtout formé de non-initiés. La fête s’est poursuivie avec Break Stuff, pendant laquelle le guitariste Wes Borland est allé se cacher dans la foule, poursuivi par un Durst préoccupé.

Ce dernier a tenu à rendre hommage aux absents d’Avenged Sevenfold, que Limp Bizkit a remplacé à la dernière minute, en faisant jouer un extrait de Unholy Confessions, avant d’enchainer avec Rollin’ et des covers de Pantera. Mention spéciale à leur version fidèle de Killing in the Name, de Rage Against the Machine.

Par ailleurs, Limp Bizkit effectuait un grand retour en sol montréalais, une première en 15 ans.


Pablo A. Ortiz/Métro

Rob Zombie
Ceux qui sont restés sur le site de l’île Notre-Dame après l’orage-surprise de samedi soir pour Rob Zombie ont eu droit à un spectacle débordant d’énergie. Dès son entrée en scène sur Meet the Creeper, avec son chapeau de paille et son coat de cuir studdé à franges, et ce, jusqu’au rappel, Dragula, il n’a pas arrêté une seconde.

Une course d’extraterrestres dans la foule pour Well, Everybody is F***ing in a U.F.O., un solo de John 5, un duo avec Marilyn Manson pour leur version de Helter Skelter. Franchement, un spectacle impeccable.


Josie Desmarais/Métro

Gojira
Même s’ils n’étaient pas les derniers à jouer lors de la deuxième journée du festival, une foule considérable s’était amassée pour assister au concert de Gojira. Les cousins métalleux de l’Hexagone ont livré un spectacle électrisant dès les premières notes. Ils ont offert quelques morceaux de leur dernier opus, Magma, dont Silvera et Stranded – que tout le monde a hurlée en chœur – avec de la pyrotechnie, et un solo de batterie, s’il vous plaît.

Les riffs de L’enfant sauvage ont eu l’effet d’une bombe sur l’auditoire. Préférant les actes à la parole, le chanteur Jo Duplantier a limité les interventions pour shredder sans faille durant une heure quasi en continu.


Pablo A. Ortiz/Métro

Alestorm
Les fans d’Alestorm savaient à quoi s’attendre samedi, les autres ont été agréablement surpris par ce quintette de pirate metal survolté. Dès les premières notes de Keelhauled, la foule en entier s’est mise à bouger au rythme du folk metal du groupe écossais – oui, le clavier sonne parfois comme une cornemuse.

Alestorm a enchaîné, à une rapidité effrénée, une dizaine de morceaux, tous des hymnes de party, notamment The Sunk’n Norwegian, Drink et leur chanson éponyme, sans oublier F***ed With an Anchor.

Un canard gonflable géant a également vogué sur la mer de gens tassés devant la scène de l’Apocalypse, évidemment.


Josie Desmarais/Métro

Marilyn Manson
Les cieux sont tombés sur la foule à la fin d’Antichrist Superstar et ont interrompu le spectacle samedi soir. Doit-on blâmer Manson? Le maître du shock rock est toutefois remonté sur scène pour The Beautiful People, sous les cris des spectateurs trempés.

Sans ça, la foule et le chanteur semblaient un peu engourdis. Manson s’est réveillé au fil des chansons – et des changements de costumes – et a tout donné sur Sweet Dreams, KILL4ME et mOBSCENE («Mesdames et messieurs de Mont­réal, “be, be obscene­”»).


Josie Desmarais/Métro

Underoath
Retour très attendu sur la scène metalcore, Underoath a livré une prestation digne de ses beaux jours. D’entrée de jeu, On My Teeth a eu l’effet d’un éclair dans la foule, qui a ensuite chanté en chœur sur It’s Dangerous Business Walking Out Your Front Door.

Le sextuor de Tampa, en Floride, a continué son show du samedi avec plusieurs extraits de son plus récent album, Erase Me (dont l’excellente Rapture et la moins enlevante No Frame), au grand dam de certains, mais l’énergie contagieuse du charismatique Spencer Chamberlain était impossible à juguler.


Josie Desmarais/Métro

Erra
Parmi les belles surprises de la première journée du festival, Erra a donné une performance haute en couleur sur la petite scène du Jardin. Le groupe de metalcore mélodique a multiplié les riffs syncopés et les mélodies de haute voltige.

D’abord timide, la foule s’est dégourdie sur l’imposante Hybrid Earth, puis s’est déchaînée sur la pesante Irreversible. Le quintette a aussi offert une pièce inédite de l’album Neon, qui sort le 10 août.


Patrick Beaudry/evenko

Trivium
Les gars de Trivium sont des habitués de Heavy Montréal. Le quatuor qui compte une quinzaine d’années d’expérience est venu conclure sa tournée mondiale dans la métropole dimanche. Loin de manquer d’énergie, le chanteur Matt Heafy a mis au défi la foule d’être la meilleure de la tournée.

Les fans ont chanté, sauté, fait du crowdsurfing, si bien que Heafy n’a eu d’autre choix que de leur décerner la palme du meilleur public avant de terminer en beauté avec Pull Harder on the Strings of Your Martyr et In Waves.


Patrick Beaudry/evenko

Articles similaires