Culture

Anticosti et Trans Mountain: l’exploration pétrolière fait jaser à l’ADISQ

Photo: Pablo Ortiz/Métro

L’exploration pétrolière a fait jaser au 40e gala de l’ADISQ, dimanche soir. Les chanteurs Émile Bilodeau et Yann Perreau ont coup sur coup lancé des flèches à Québec et à Ottawa sur l’impact de leurs décisions sur le plan environnemental notamment.

Venu présenter le prix de la Révélation de l’année – remis à Hubert Lenoir – Émile Bilodeau, qui l’avait remporté l’an dernier, a voulu faire passer un message clair au nouveau gouvernement de François Legault.

«Juste avant de continuer, on demande souvent aux artistes d’être pertinent dans leur message, eh bien je demande la même chose au gouvernement», a-t-il dit.

«Vous savez, au Québec, on a un État (fédéral) qui finance l’industrie pétrolière à la hauteur de 10G$», a-t-il renchéri. Il a imploré le nouveau premier ministre du Québec, François Legault, de ne pas aller de l’avant avec des projets de forage sur l’île d’Anticosti. «Je suis jeune, j’ai le droit de dire ça, c’est pour mes enfants et mes petits-enfants», a-t-il ajouté.

Il y a quatre jours, le premier ministre provincial avait déclaré n’avoir plus aucun appétit pour entamer des projets de forage. «Il n’y a aucun intérêt de notre part, il n’y a pas de projet sur la table», avait-il déclaré en mêlée de presse au terme du premier conseil des ministres.

Mon pays, cette pétrolière
À peine quelques minutes après ce passage remarqué, Yann Perreau est arrivé sur scène en soulignant le 90e anniversaire du poète Gilles Vigneault. «Je veux le remercier pour cette phrase sublime: Mon pays, ce n’est pas un pays, c’est l’hiver», a-t-il lancé.

«J’ai entendu dire que M. Vigneault est l’un de vos chanteurs préférés», a-t-il ensuite déclaré, s’adressant directement au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui était dans la salle. «C’est touchant, vous avez du goût», a expliqué le chanteur, sous les rires de la foule.

Et soudainement, il s’est exclamé: «Par contre, quand vous achetez un pipeline de 5G$, j’ai plus l’impression que mon pays, ce n’est pas un pays, c’est une pétrolière», a-t-il illustré, provoquant les applaudissements dans la foule. «Ça aussi, ça fait le tour du monde, mais c’est un petit peu plus gênant», a condamné le chanteur.

En mai dernier, Justin Trudeau a donné le feu vert à l’acquisition, par son gouvernement, du controversé pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan, évalué à quelque 4,5 G$.

Articles récents du même sujet