Culture

Russian Doll: l’enfer de (re)vivre sa vie

Russian Doll: l’enfer de (re)vivre sa vie

Parfois, une série débarque sans trop avertir avec un concept qui pique immédiatement la curiosité – mais l’intérêt ne dépasse pas cette première impression. On pense à des trucs de science-fiction qui tombent à plat ou encore de grandes dramatiques avec des ambitions étouffantes.

D’autres fois, un truc comme Russian Doll débarque sur Netflix avec une idée folle qui, en huit courts épisodes, offre une très grande dose de divertissement aux téléspectateurs.

Russian Doll, c’est le projet imaginé, coécrit et coproduit par Natasha Lyonne, qui tient aussi le rôle principal de la série. En très bref, une programmeuse de Manhattan doit revivre son 36e anniversaire dans une boucle sans fin où elle revit le même jour après des morts subites et/ou absurdes qu’elle accumule comme on collectionne les bouteilles de sauce dans la porte d’un frigo.

Rapidement, après quelques épisodes, une rencontre donne une tournure très différente à la série, et si vous vouliez tracer des parallèles avec le film Groundhog Day mettant en vedette Bill Murray, ils se buteraient à un mur précisément là – et c’est tout à l’honneur de Russian Doll de s’éloigner d’une trame narrative très familière dans l’imaginaire collectif.

On entre généreusement dans cette proposition complètement déjantée et cet univers aux conventions flexibles est surtout le théâtre d’une actrice hyperactive avec un entourage particulièrement coloré. Chaque détail est soigneusement installé et cette quête d’identitaire devient une enquête pour trouver le «bug» dans la machine, déformation professionnelle de la programmeuse avec ses vies illimitées.

Ça se visionne en moins de quatre heures et ça fait du bien des petites doses d’ingéniosité comme ça entre deux épisodes d’une série dramatique plus lourde comme True Detective cet hiver (je vous en reparle). Prenez la dose d’inventivité de Russian Doll et laissez-vous transporter par une fiction franchement différente qui vous surprendra à tous les détours.

Ça ne ressemble littéralement à rien de ce que vous avez vu à la télé récemment.

Suivez Stéphane Morneau