Culture

Cette semaine, Métro craque pour: Noir de Mike Ward, Fille d’intérieur, Us…

Noir de Mike Ward
Son combat judiciaire contre la Commission des droits de la personne n’a pas enlevé son audace à Mike Ward, qui s’attaque avec son mordant habituel à des thèmes sombres comme la pédophilie et le suicide, d’où le titre de ce cinquième spectacle solo. Toujours aussi vulgaire – quel autre humoriste oserait demander à un membre du public s’il a été agressé dans sa jeunesse? –, Mike Ward démontre qu’on peut rire absolument de tout, même des handicaps comme l’autisme et la trisomie, tant que c’est fait intelligemment. Rien n’est gratuit dans ce one man show rythmé, qui débute en force avec un numéro coup-de-poing dont on vous garde la surprise. Avec une grande autodérision et une impressionnante introspection, l’humoriste de 45 ans fait un retour très personnel sur les deux dernières années, marquées par son procès, bien sûr, mais aussi par le mouvement #MoiAussi et la dépression qu’il a vécue.
Marie-Lise Rousseau

Fille d’intérieur
Ce court recueil de nouvelles, premier ouvrage de la Montréalaise Frankie Barnet (traduit de l’anglais par William S. Messier), se démarque de nos récentes lectures par son ton juste assez décalé, quoi que très ancré dans la banalité du quotidien. Chacune des cinq histoires présente le point de vue d’une jeune femme incomprise ou désillusionnée. Leur vie plutôt quelconque est magnifiée par une délicieuse touche de réalisme magique. Comme cette employée de centre d’appel dont le logement est infesté de tortues auxquelles elle s’attache drôlement. Ou bien cette femme qui discute avec son bébé donné en adoption : «As-tu quelque chose de prévu aujourd’hui?» «Des niaiseries de bébé.» Aux éditions de Ta mère
Marie-Lise Rousseau

Us
Après le succès surpris de Get Out, Jordan Peele mélange de nouveau épouvante et comédie dans Us, qui raconte la nuit d’horreur d’une gentille famille assaillie par de très méchants doubles. Encore une fois, ça marche! Et ce pour plusieurs raisons: le scénario bien tordu bourré de références et de symboles, le sous-texte sur la marginalisation des classes pauvres aux États-Unis, l’humour juste assez décalé (on n’aurait jamais pensé entendre Fuck tha Police de NWA dans un film d’horreur), la présence magnétique de Lupita Nyong’o et, tout simplement, les nombreux sursauts que le film provoque chez le spectateur. Un divertissement intelligent dont on ne saurait se priver. En salle
Benoit Valois-Nadeau

Si
On doit à Rudyard Kipling de nombreux titres, dont Le livre de la jungle est probablement l’un des plus renommés, merci à Disney. Vous connaissez peut-être aussi If, l’un des plus célèbres poèmes au monde et parmi les plus traduits, dont une version actualisée grâce à la traduction de Françoise Morvan et splendidement mise en images par Gaëtan Dorémus vient de paraître aux éditions Seghers Jeunesse. Extraits de Reward and Fairies et publiés à l’origine en 1910, ces 32 vers très sages ont encore une forte résonance, même aujourd’hui.
Jessica Dostie

Avec pas une cenne
Envie de voyager, mais pas les moyens? Ce recueil de récits de voyage nous transporte un peu partout dans le monde. Le tout petit bouquin recense 14 expériences souvent drôles, parfois tristes, mais toujours intéressantes. Anecdotes cocasses, expériences désastreuses et rencontres avec de beaux étrangers sont au menu. Ce qui unit ces différents récits, c’est la volonté d’aller se perdre ailleurs pour se retrouver. Ça donne envie de partir sans rien planifier pour laisser la magie opérer. Aux Éditions Québec Amérique
Philippe Lemelin

Hanzō Izakaya
Il suffit de franchir la porte de cette nouvelle brasserie japonaise pour se sentir un peu comme dans un remake du film Kill Bill, de Quentin Tarantino. On s’attendrait presque à voir surgir les Crazy 88! Recréant l’ambiance des traditionnelles izakayas, les proprios (aussi derrière des restos qu’on aime comme Escondite, Koa Lua, Gokudo et Biiru) se sont aussi attardés au menu, concocté par le chef torontois Nick Liu. On ne saurait trop recommander le Gomae, une salade de gai lan rehaussée de vinaigrette au sésame noir, les croquettes de crabe et leur sauce «Big Mac» (Kani Korroke) et les surprenantes brochettes de coeurs de canard (Kamo Yakitori). 417, rue Saint-Nicolas
Jessica Dostie

Genèse
Le cinéaste québécois Philippe Lesage frappe un grand coup avec ce long métrage, qui évoque les premières amours dans trois histoires distinctes. Alors que Guillaume (Théodore Pellerin), pensionnaire dans un collège de garçons, constate qu’il est tombé amoureux de son meilleur ami, sa demi-sœur Charlotte (Noée Abita) s’aventure dans des relations libres qui la mèneront dans les bras d’hommes parfois mal intentionnés. Le jeune Félix (Édouard Tremblay-Grenier) sera pour sa part pétrifié devant son premier amour, une fille rencontrée dans un camp d’été. Bref, un film riche en émotions qui vous rappellera indubitablement la genèse de vos premiers émois. En salle
Zacharie Goudreault

Et on se désole pour…

Le décès de Michel Lamothe
C’est tout un pan du rock (prononcez avec un rrrrr bien roulé) québécois qui s’est envolé cette semaine avec le décès de Michel Lamothe. Fils du célèbre chanteur country Willie Lamothe, le bassiste a fait partie de deux des plus grands groupes de rock d’ici, Offenbach et Corbeau (on pourrait même ajouter ici l’éphémère Corbach), en plus de co-écrire certains des plus grands succès de l’histoire du karaoké local, comme Câline de blues et Ailleurs, de Marjo. Tel un Gerry Boulet en sueur à la fin d’un spectacle d’Offenbach, on lui dit un gros «marci!» pour son apport à la musique québécoise.
Benoit Valois-Nadeau