Culture
22:44 2 août 2019 | mise à jour le: 2 août 2019 à 23:34 temps de lecture: 4 minutes

Osheaga, jour 1: Kurt Vile, Rosalía et TEKE TEKE

Osheaga, jour 1: Kurt Vile, Rosalía et TEKE TEKE
Photo: Josie Desmarais/MétroKurt Vile à Osheaga 2019

Pour ce premier jour d’Osheaga 2019, Métro a choisi de se concentrer sur des concerts «rock», peut-être plus indie que le reste de la programmation de la fin de semaine. Formations québécoises et artistes internationaux, voici le meilleur de vendredi.

Une fois n’est pas coutume, on ne garde pas le meilleur pour la fin. Kurt Vile ne faisait pas partie des têtes d’affiche de cette édition d’Osheaga mais l’artiste originaire de Pennsylvanie ne laisse certainement pas indifférent.

Toujours accompagné par The Violators en concert, Kurt Vile a commencé son show avec Loading Zones devant la skyline qui s’illumine. Le spectacle, tant musical que visuel, en vaut vraiment la peine. Puis il poursuit avec d’autres extraits de son dernier album (Bottle it in) comme Bassackwards, mais aussi des morceaux plus anciens (Wakin on a Pretty Day, Pretty Pimpin).

C’est la deuxième fois que Kurt Vile rencontre son public québécois cette année, six mois après son passage au MTELUS. Il faut préciser que lors de ses spectacles, le chanteur d’indie rock/folk ne se contente pas de reproduire ses disques à l’identique: il apporte ce petit quelque chose qui rend ses spectacles si spéciaux. Surtout ce soir.

«So many beautiful people tonight! All of you», s’exclame-t-il face à une foule enthousiaste. C’est vrai pour le public comme pour les musiciens. Merci Kurt Vile and The Violators!

Groupes du Québec

TEKE TEKE, sûrement un ovni de la scène montréalaise actuelle, est le coup de de coeur d’aujourd’hui. Avec leur musique, le groupe nous fait faire un bond dans le temps. Les amateurs de musique surf rock des années 1960-1970 et de rock psychédélique sont comblés. Impossible, d’ailleurs, de ne pas penser à Kill Bill et Pulp Fiction en assistant à leur performance: leurs chansons sont dignes des bandes-originales des films de Quentin Tarantino.

TEKE TEKE à Osheaga 2019
TEKE TEKE à Osheaga 2019

Sur la scène des Arbres – un grand chapiteau bien fourni d’une végétation rafraichissante – les musiciens sont sept à évoluer. Flûte traversière, trombone ou encore guitares électriques font de TEKE TEKE un band si singulier. Et que dire de la chanteuse Maya Kuroki ! Un personnage excentrique qui captive l’audience de ses textes chantés en japonais, ponctués de quelques petits hurlements et de pas de danse exaltés. On ne comprend pas ce qu’elle dit, mais on adore.

Le groupe encore peu connu du grand public a donc offert un concert festif et original aux festivaliers cet après-midi. Ces derniers étaient nombreux à danser, applaudir, et même sauter les bras en l’air parfois. On attend avec impatience leurs prochains concerts.

We are Monroe à Osheaga 2019
We are Monroe à Osheaga 2019

Un peu plus tôt, un autre groupe québécois s’est également produit sur la même scène. C’est avec une belle énergie que les cinq rockeurs de We are Monroe ont charmé l’audience pendant une quarantaine de minutes.

Claro que si

C’est un grand oui pour Rosalía. La chanteuse espagnole a livré une performance marquante en fin de journée. Presque seule sur la scène de la Montagne – avec quelques choeurs, danseuses et un unique musicien – elle n’a aucun mal à occuper l’espace.

Rosalía à Osheaga 2019
Rosalía à Osheaga 2019

La voix incroyable de Rosalía résonne dans Osheaga et ses fans sont nombreux à reprendre les paroles de ses chansons. Elle n’hésite d’ailleurs pas à descendre les saluer et s’adonner à quelques accolades touchantes. «I love you so much!» peut-on entendre s’échapper des premiers rangs.

On a particulièrement apprécié Bagdad, un morceau très largement inspiré de Cry Me a River de Justin Timberlake.

Du rock new-yorkais

Lunettes fumées et costumes noirs, Interpol entre en scène. Pas grand chose à redire de leur prestation… La musique est très bonne, loin d’être décevante. Seul petit bémol cependant: un manque certain de synergie avec un public pas aussi éloquent qu’avec Rosalía ou Kurt Vile par exemple.

Interpol à Osheaga 2019
Interpol à Osheaga 2019

Avec sa voix envoûtante, Sharon Van Etten a délicatement habité la scène de la Vallée en milieu de journée. L’artiste a ainsi présenté plusieurs chansons de son nouvel album Remind me tomorrow, sorti cette année, dont le très beau titre Comeback kid.

Métro sera également présent au parc Jean-Drapeau samedi et dimanche pour vous raconter les autres moments forts d’Osheaga. Janelle Monáe, The Chemical Brothers, Childish Gambino… tout ça s’annonce formidable!

 

Articles similaires