Culture

7e ciel: Cette semaine, Métro craque pour Aquarela, Mutek…

7e ciel: Cette semaine, Métro craque pour Aquarela, Mutek…
Photo: Métropole Films

1- Aquarela

Impressionniste, voire immersif, Aquarela est un documentaire unique sur un sujet en apparence très simple: l’eau. H2O s’y dévoile sous toutes ses formes: le magnifique lac Baïkal engloutissant les voitures qui s’y risquent au moment du dégel; la toute-puissance des glaciers du Groenland; la fureur de l’océan menaçant un voilier; ou encore l’ouragan Irma inondant les rues de Miami. Le réalisateur Victor Kossakovski a fait de l’or bleu et de son pouvoir le personnage principal de son film. Sans narration, mais avec une bande sonore très puissante (Apocalyptica, groupe de heavy metal finlandais, vient faire un tour), Aquarela est non seulement un hommage à cet élément essentiel à notre survie, mais aussi un avertissement à ceux qui ne le respecteraient pas. Benoit Valois-Nadeau

2- Le réalisme de la saison 2 de MindHunter

Cœurs sensibles s’abstenir. La deuxième saison de la série policière Mindhunter, livrée sur Netflix la semaine dernière, se penche cette fois-ci une série d’infanticides survenue à la fin des années 1970 dans la région d’Atlanta. La production aborde à nouveau de plein fouet le comportement de différents tueurs en série américains. Apparaissent à différents moments cette saison: Charles Manson, Son of Sam et Edmund Kemper – toujours interprété par un Cameron Britton terrifiant. Il faut absolument écouter cette série policière, du moins pour son réalisme qui donne froid au dos. François Carabin

3- Mutek

Mutek nous invite à célébrer son 20e anniversaire grâce à une fin de semaine qui s’annonce vraiment excitante. Ce soir, on retient la soirée Motion 1, au studio des 7 Doigts, avec notamment Ouri. Samedi, direction le MTelus pour danser lors de la Nocturne 5, où les artistes locaux Gene Tellem et Project Pablo, mais aussi les Équatoriens Nicola Cruz et Fidel Eljuri, se produiront. Enfin, le week-end se termine en beauté dimanche avec plusieurs premières mondiales, dont celles des Québécois Gabriel Rei et V.ictor, à Place des Arts, et Auflassen et Persuasion, toujours au studio des 7 Doigts. Amélie Revert

4- Stalkeuses

En cette ère de médias sociaux, le «stalkage» (ou voyeurisme) est devenu un art accessible à tous. Surtout à toutes, si on se fie au recueil de nouvelles Stalkeuses, qui regroupe 16 histoires mettant en vedette des femmes prêtes à tout pour assouvir leur obsession. Si le style varie grandement d’une nouvelle à l’autre, l’ouvrage dirigé par Fanie Demeule et Joyce Baker distille d’un bout à l’autre une aura d’étrangeté franchement fascinante. À lire avant de vous mettre à espionner votre ex! Aux Éditions Québec Amérique. Benoit Valois-Nadeau

5- The Center Won’t Hold

Le mythique groupe Sleater-Kinney (SK) présente son neuvième album, The Center Won’t Hold. La voix de Corin Tucker est toujours aussi viscérale; celle de Carrie Brownstein, nonchalante et cachant son angoisse; et la batterie de Janet Weiss apporte (pour une dernière fois avec SK) son sentiment d’urgence habituel. Sent-on l’influence de St. Vincent à la production? Oui. L’album est assurément le plus travaillé, mais on est contents de retrouver nos riot grrrls. Parce qu’en ces temps tumultueux, on a plus que jamais ce besoin de faire «sortir le méchant». Josie Desmarais

 

6- Infest the Rats’ Nest

C’est un tournant résolument métal que vient de prendre le groupe King Gizzard & The Lizard Wizard avec son dernier album (son deuxième cette année et son quinzième au total depuis 2012). On s’en doutait depuis la sortie du premier titre, Planet B, en avril dernier, mais le disque confirme que le groupe ultraprolifique a un message écologiste à nous faire passer. Les Australiens n’en perdent pas pour autant leur identité de rockeurs psychédéliques, et on a hâte de découvrir lundi sur la scène de l’Olympia ce que Mars for the Rich et Superbug donnent en concert. Avis aux retardataires: c’est complet! Amélie Revert

7- Les honorables

Alors que TVA diffusera dès septembre la première saison des Honorables à la télé, les producteurs seraient en discussion pour renouveler cette série dramatique. Excellente raison pour voir (ou revoir!) les 10 premiers épisodes. Il y avait longtemps qu’on avait vu Patrick Huard au petit écran, et il ne déçoit pas. Son personnage vit sans doute la plus grande transformation; un véritable changement de cap. À la croisée des chemins, Ludovic perd foi dans le système de justice, qu’il défend depuis des années, pour joindre le milieu du crime avec son frère et son fils. Sur Club illico. Sébastien Larocque

Et on se désole pour…

L’état de la presse locale

Une autre tuile s’est abattue sur le merveilleux monde des médias cette semaine, lorsque le Groupe Capitales Médias a déclaré faillite. Six quotidiens locaux sont ainsi menacés de disparition. Des villes de la taille de Saguenay, Gatineau ou Trois-Rivières pourraient donc se retrouver sans média écrit pour suivre l’actualité locale. Une aberration. Souhaitons que ce soit là le coup de semonce nécessaire pour que le gouvernement et nous, citoyens, réalisions l’importance d’une presse locale forte dans la vie politique et culturelle, et ce, partout au Québec. Benoit Valois-Nadeau