Culture

Chléa Giguère, une étoile montante

Chléa Giguère, une étoile montante
Photo: District – Andrej IvanovChléa Giguère s’entraîne à l’École supérieure de ballet du Québec.

La danse, Chléa Giguère en raffole. Son quotidien en fait foi alors qu’elle enfile sa tenue de ballerine pour s’entraîner tous les matins. Sa passion l’amène pour une deuxième année sur le plateau de l’émission Révolution et dans la distribution de Casse-Noisette.

L’adolescente d’Outremont s’est révélée aux yeux du public l’an dernier. Elle en a ébloui plus d’un, dont les juges, lors de la première saison du concours de danse télévisé de TVA.

Ce sens du rythme, Chléa l’a depuis toute petite. «J’écoutais le film Happy feet et je n’arrêtais pas de danser dans le salon», se rappelle l’artiste de 13 ans. Voyant son intérêt, ses parents l’ont inscrit à des cours de ballet pour ensuite essayer d’autres styles.

L’Outremontaise se dévoue désormais à son premier amour grâce à un programme de l’École supérieure de ballet du Québec. Son avant-midi est consacré à la danse et l’après-midi, elle se concentre sur ses cours réguliers au Pensionnat du Saint-Nom-de-Marie.

La danseuse ne cache pas qu’il faut une bonne discipline pour jongler les deux en plus de ses autres projets. «C’est un défi parfois, mais notre école secondaire est très conciliante avec notre horaire. Nous avons une classe d’extra comme nous manquons des cours le matin», explique celle qui s’amuse à travers cette réalité.

Télé

S’ajoutent aussi à son agenda des pratiques pour le ballet classique de Noël Casse-Noisette, les samedis. Chléa Giguère incarnera pour une deuxième fois le personnage principal de la pièce, Clara.

«Je n’ai jamais fait quelque chose d’aussi magique et fantastique, s’émerveille-t-elle. On doit être professionnelle, mais aussi un enfant qui vit la magie de Noël. C’est vraiment amusant.» Chléa dansera également aux côtés de sa sœur Hailey, 12 ans, qui interprétera un ange au pays des bonbons.

En plus de ce spectacle des Grands Ballets canadiens, l’adolescente met plusieurs heures pour l’entraînement et la préparation pour l’émission Révolution avec son chorégraphe personnel Andrew Mikhaiel. Après avoir décroché une bourse de 5000$ pour le meilleur espoir, Chléa vise cette fois-ci la grande finale.

«Je voulais une deuxième chance pour montrer aux juges comment je me suis améliorée avec l’École supérieure de ballet. Avec tous les cours que j’ai ici, ça m’aide beaucoup avec la technique et ça m’a fait évoluer comme danseuse», fait valoir Chléa, qui a participé cet été à un camp intensif de danse à Vancouver.

La jeune candidate a été sélectionnée pour l’étape du face à face, dont la diffusion est prévue d’ici quelques semaines.

«Quand j’entre sur scène, j’oublie les caméras, tout le stress et que des personnes me regardent. Je vis le moment et je fais juste danser parce que j’adore ça.» — Chléa Giguère

Humble

Chléa Giguère continue aussi de pratiquer d’autres formes de danse en participant à des ateliers. Le ballet et le contemporain restent toutefois ses styles favoris.

«C’est très technique et précis. On ne peut jamais le perfectionner, il y a toujours quelque chose à travailler et des défis. Il y a aussi toujours une histoire derrière la danse qu’on fait, mais en même temps, ça peut être très saccadé», analyse-t-elle.

Travaillant d’arrache-pied, son évolution a été rapide, reconnaît sa professeure à l’École supérieure de ballet. «Elle est constante, ce qui est très important en ballet classique. Elle est à 200% tous les jours», mentionne Anne Dryburgh, qui la décrit comme un rayon de soleil toujours positive.

Le fait d’être passionnée contribue également à sa progression. «Elle a comme une étincelle dans les yeux. On voit que ce n’est pas pénible, mais que c’est un plaisir», souligne Mme Dryburgh.

L’adolescente demeure terre-à-terre bien qu’elle soit sous les projecteurs. «Elle est généreuse avec ses collègues et très humble», soutient l’enseignante.

Elle observe chez elle un fort potentiel de développement. Chléa souhaite d’ailleurs devenir une danseuse professionnelle et performer autour du monde avec une compagnie en ballet ou en contemporain.