Culture
05:00 15 mai 2020 | mise à jour le: 14 mai 2020 à 23:26

7e Ciel: cette semaine, on craque pour «Lone Ride», le casse-tête challenge…

7e Ciel: cette semaine, on craque pour «Lone Ride», le casse-tête challenge…
Photo: Fred Gervais-Dupuis/Collaboration spéciale

Lone Ride, de Dear Criminals

Le vieux dicton dit que la nécessité est la mère de toute innovation. C’est encore plus vrai en temps de pandémie. Dans un milieu comme la culture, le besoin de se réinventer pour survivre est indéniable en ce moment. Le groupe Dear Criminals l’a bien compris. Le trio offrira une série de spectacle ultra-minimaliste devant un ou deux spectateurs (qui doivent résider sous le même toit). Les chanceux pourront sélectionner la journée, l’heure et la chanson à laquelle ils veulent assister. Une idée brillante pour créer ce qui sera probablement les concerts les plus intimistes de tous les temps, mais aussi pour manifester sa solidarité avec les artisans des salles de spectacles, milieu très affecté par la crise. Encore mieux, les profits seront remis à La Centrale alternative, une initiative de services pour les artistes émergents.
Benoit Valois-Nadeau

Le casse-tête challenge

Les casse-têtes gagnent en popularité depuis le début du confinement. Le Eastern Bloc, promoteur et diffuseur d’arts numériques, a eu la chouette idée d’en concevoir à partir d’œuvres d’artistes locaux, question de leur donner un coup de pouce bien mérité en ces temps difficiles. Cinq modèles sont en vente sur la plateforme La Ruche. On y trouve les œuvres d’Adam Basanta, Anna Eyler, Katherine Melançon, Allison Moore & Arthur Desmarteaux et Geneviève Lebleu. Voilà une façon ludique et originale de découvrir des talents et d’encourager la relève!
Marie-Lise Rousseau

Le Festival de Cannes sur Criterion

Le Festival de Cannes aurait dû commencer mardi, mais les mesures sanitaires auront eu raison du plus prestigieux rendez-vous cinéma. Pour se consoler – au moins un peu – les abonnés de The Criterion Channel ont à leur disposition une sélection de films récipiendaires de la Palme d’or. Une occasion en or, donc, de voir ou revoir de grands classiques, dont le magistral long métrage roumain sur l’avortement 4 mois, 3 semaines, 2 jours de Cristian Mungiu, mais aussi Paris, Texas, Rome, ou Ville ouverte, ou encore Les Parapluies de Cherbourg.
Amélie Revert

La vie rêvée des grille-pain

Cet éblouissant recueil de nouvelles de Heather O’Neill est peuplé d’enfants, de grands-parents, de soldats, d’anges, de poupées animées, d’animaux qui parlent, d’androïdes capables d’amour et de boxeurs tatoués de fleurs. Bref, de personnages et d’histoires plus grandes que nature. Armée de sa plume formidablement imagée et de son imagination débordante, l’écrivaine montréalaise rend magnifiquement hommage aux laissés-pour-compte en embellissant leur quotidien d’une grande dose de féérie. Aux éditions Alto.
Marie-Lise Rousseau

Avec la langue

Avec la langue, on peut s’embrasser. Mais ces temps-ci, il est préférable de se contenter de se parler. C’est ce que font quatre duos de personnalités en autant d’épisodes dans ce balado produit par le Musée de la civilisation et réalisé par Magnéto. Traiter de notre rapport aux mots et à la langue dans les domaines du sport, de l’humour, de l’engagement et du rap est le point de départ de rencontres stimulantes entre Olivier Niquet et George Laraque, Marc Brunet et Yannick de Martino, Christine Beaulieu et Mélissa Mollen Dupuis, ainsi que Webster et Obia le chef.
Marie-Lise Rousseau

This is Not a Movie

Le documentaire de Yung Chang est un riche portrait du journaliste britannique Robert Fisk, correspondant au Moyen-Orient depuis une trentaine d’années pour The Independant. On y voit le reporter – cahier de notes et stylo toujours à la main – aller à la rencontre de ses interlocuteurs avec éloquence et passion pour son métier. Le film met brillamment en lumière l’importance du journalisme en général, et celui de terrain en temps de guerre en particulier, ainsi que le rôle qu’a pu avoir Robert Fisk dans l’information internationale. À voir au cinemaduparc.com et cinemamoderne.com.
Amélie Revert

Le StudioFest

On ne veut pas tourner le fer dans la plaie, mais ce n’est pas demain la veille qu’on pourra retrouver le plaisir des festivals montréalais. En attendant, on peut se rabattre sur les initiatives de remplacement comme le StudioFest, qui offrira des prestations en direct de talentueux musiciens d’ici comme Radio Radio, Sarahmée, Les sœurs Boulay, Dominique Fils-Aimé, Elisapie, Alexandra Stréliski, P’tit Belliveau et Cœur de pirate. Des artistes qui auraient sillonné les festivals du Québec cet été, mais qu’on pourra tout de même apprécier dans le confort de notre salon. Dimanche de 14h à 20h sur ICI Musique.
Benoit Valois-Nadeau


Et on se désole pour…

La fin des perfos en direct d’Arnaud Soly

Cette semaine, on a dit au revoir à Brian l’infirmier, à Antonio le dessinateur de «gueules de merde» et à Jean «Guuurl» Daniel le roi des potins insolites. Ce sont quelques-uns des personnages inoubliables qu’a créés Arnaud Soly depuis le début de la pandémie lors de délirantes performances en direct sur Instagram. On comprend l’humoriste de vouloir prendre une pause de ces séances d’improvisation sans doute éreintantes. N’empêche qu’on s’ennuiera drôlement de ces moments de pure folie.
Marie-Lise Rousseau

Articles similaires