Culture
15:00 25 février 2021 | mise à jour le: 25 février 2021 à 14:40 temps de lecture: 3 minutes

La plupart d’entre nous n’arrive pas à distinguer une œuvre peinte par un artiste ou l’IA

La plupart d’entre nous n’arrive pas à distinguer une œuvre peinte par un artiste ou l’IA
Photo: Collaboration spéciale Christie's«Portrait d'Edmond de Belamy» a été adjugé pour 432.500 dollars chez Christie's en novembre 2018.

On pense souvent que les machines n’auront jamais le talent de l’homme. Mais sommes-nous capables de reconnaître cette créativité ? Une nouvelle étude révèle que la plupart des gens n’arrivent pas à distinguer une œuvre d’art réalisée par un humain de celle créée par une intelligence artificielle (IA).

Si les «machines à créer» ne datent pas d’hier, le marché de l’art s’est pris d’engouement pour les œuvres produites par l’intelligence artificielle (IA) ces dernières années. L’une d’entre elles, intitulée Le Portrait d’Edmond de Belamy, a été adjugée pour 432 500 dollars chez Christie’s en 2018. Soit 45 fois son estimation. Selon Artnet News, cette vente exceptionnelle a poussé Harsha Gangadharbatla à se demander comment les gens perçoivent ces toiles nées de l’intelligence artificielle. D’autres chercheurs s’étaient déjà penchés sur la question, mais en interrogeant des spécialistes en art et non des néophytes en la matière.

Pour son étude, Harsha Gangadharbatla a demandé à plus de 200 personnes recrutées sur Amazon de répondre à un sondage en ligne. Elles devaient faire la distinction entre les œuvres d’art générées par l’IA et celles créées par les mains humaines de Tom Bailey et Steve Johnson. La majorité d’entre elles n’ont pu reconnaître qu’une seule des cinq peintures de paysage nées de l’intelligence artificielle comme telle. Plus de 75% des personnes interrogées se sont trompées sur les quatre autres. Lorsqu’ils ont correctement attribué une œuvre d’art à la machine, il s’agissait d’une composition abstraite et non figurative.

«Un certain nombre de facteurs entrent en ligne de compte dans l’identification et l’évaluation d’une œuvre d’art, tels que le temps et les efforts que les gens estiment avoir été consacrés à sa création, et des indicateurs de surface comme la présence de coups de pinceau qui confèrent à l’œuvre d’art une qualité artisanale. Il n’est donc pas surprenant que le type d’œuvre d’art ait une influence sur la capacité des gens à évaluer s’il s’agit d’une création réalisée par l’homme ou la machine », peut-on lire dans l’étude, qui a été récemment publiée dans le journal anglophone Empirical Studies in the Arts.
Si les résultats de l’étude soulèvent de nombreuses questions sur le futur de la création artistique, Harsha Gangadharbatla s’inquiète de l’utilisation de l’intelligence artificielle à des fins commerciales. «Les œuvres d’art sont inoffensives. Elles n’essaient pas de vous persuader, mais la publicité oui. Si les ordinateurs commencent à produire des messages persuasifs et que les gens les voient, quel effet cela aura-t-il sur eux ?» a-t-il déclaré à Artnet News.

Articles similaires