Culture
13:54 15 mars 2021 | mise à jour le: 15 mars 2021 à 16:54 temps de lecture: 4 minutes

Les «NFT», nouvelle force disruptive de l’industrie musicale?

Les «NFT», nouvelle force disruptive de l’industrie musicale?
Photo: carloscastilla/123RF.com

Après avoir chamboulé le marché de l’art avec la vente record d’une œuvre numérique de Beeple, les NFT prennent d’assaut l’industrie musicale. À tel point que des musiciens comme Kings of Leon et Grimes ont vendu plus de 25 millions de dollars de «Non-Fungible Tokens» (NFT, des jetons non fongibles, en français) depuis le mois de février.

Certains voient dans les NFT une nouvelle mine d’or pour les artistes, et ce qu’ils soient dans les arts visuels ou dans la musique. Les derniers chiffres de vente de ces jetons uniques, qui établissent une certification sur un fichier numérique, leur donnent raison. Selon le magazine spécialisé Music World Business, les revenus générés par les NFT dans l’industrie musicale ont dépassé les 25 millions de dollars au cours des deux derniers mois.

Des musiciens tels que Mike Shinoda et Grimes ont contribué à cette somme record. Le membre du groupe Linkin Park a vendu pour 30 000 dollars en février One Hundredth Stream, une œuvre numérique mise aux enchères sur le site Zora. De son côté, Grimes s’était tournée vers la plateforme Nifty Gateway pour proposer à ses fans d’acquérir les créations de sa dernière série artistique, WarNymph. Elles s’étaient arrachées pour près de 6 millions de dollars en une vingtaine de minutes. «Je viens d’acheter [la vidéo du morceau] Death Of The Old de Grimes pour 258 ETH», se félicitait un des acheteurs sur Twitter, où il avait également posté le clip musical dont il est devenu propriétaire.

 

Un album en NFT

Si certains grands noms de la musique profitent de cet engouement en vendant des oeuvres d’art numériques, d’autres cherchent à repenser l’expérience musicale. C’est notamment le cas du DJ américain Justin Blau, plus connu comme 3LAU, qui a célébré le troisième anniversaire de la sortie de Ultraviolet en vendant une collection de 33 NFT autour de l’album. L’un d’entre eux, qui permettait à son acquéreur d’enregistrer un nouveau single en NFT avec Justin Blau, s’était arraché pour 3,6 millions de dollars. Au total, le DJ américain a vendu aux enchères plus de 11,5 millions de dollars avec sa collection de NFT autour de Ultraviolet.

Au début du mois de mars, le groupe Kings of Leon avait fait les gros titres en annonçant la sortie de leur nouvel album… sous forme de NFT. When you see yourself est disponible sur les plateformes de streaming traditionnelles telles que Spotify et Deezer, mais une version NFT avec des éléments inédits est vendue pour 50 dollars sur le site de YellowHeart. Les rockeurs américains proposent également six NFT, baptisés «golden tickets», qui donnent accès à des concerts pour toutes leurs tournées à venir ainsi qu’à un traitement VIP: chauffeur privé, accès backstage et une rencontre exclusive avec le groupe.

Si Billboard a révélé que cet album en NFT a permis au groupe d’amasser plus de 2 millions de dollars, Kings of Leon a annoncé prolonger la vente de NFT Yourself jusqu’au 19 mars. Une décision que le groupe justifiait dans une déclaration sur YellowHeart, supprimée depuis, par le fait que nombre de leurs fans achetaient des NFT pour la première fois, et qu’«il n’est jamais facile d’innover».

Les meilleurs alliés des artistes ?

Si l’achat de biens numériques uniques n’est pas une nouveauté en soi, les NFT ouvrent des perspectives inédites, en particulier pour la rémunération des artistes. À l’heure où Spotify et consorts sont pointés du doigt pour leur système de rémunération inégalitaire, ces jetons uniques pourraient permettre aux musiciens de s’affranchir des contraintes du streaming musical, tout en repensant l’expérience «fan».

C’est en tout cas ce que pense Shara Senderoff, la présidente de la start-up Raised In Space, qui s’était exprimée sur les NFT en janvier durant la conférence NY:LON Connect. «C’est la possibilité pour un fan d’acheter un bien qui est rare, limité et exclusif, auquel sont associées des offres potentielles qui lui permettent, en tant que fan fidèle, de se sentir unique et récompensé», avait-elle déclaré. Un point de vue auquel adhère le groupe américain Portugal. The Man. Dans un récent entretien à Rolling Stone, les rockeurs sont revenus sur les raisons qui les ont poussées à lancer leur propre cryptomonnaie, PTM Coin, proclamant même que les cryptomonnaies et les NFT sont «le nouveau rock’n’roll».

Articles similaires