Culture
10:41 21 avril 2021 | mise à jour le: 21 avril 2021 à 16:02 temps de lecture: 3 minutes

Quand pistes cyclables et art urbain se rencontrent

Quand pistes cyclables et art urbain se rencontrent
Photo: École des médias de l'UQAMJorden et David Doody célèbrent la culture des cyclistes.

La sécurité des cyclistes en ville est au cœur de l’œuvre d’art temporaire Tricotés Serrés du duo d’artistes Jorden et David Doody, présentée dans le Quartier des spectacles de Montréal. Inspirée du tricot-graffiti, l’œuvre consiste en des motifs de tricot colorés ornant les terre-pleins qui séparent les voies cyclables de la route dans la rue Berri et le boulevard De Maisonneuve.

Cette intervention artistique sur les blocs de béton de la ville permet aux cyclistes de repérer le terre-plein rapidement. «Ça délimite tout simplement la piste cyclable et la rue, donc le béton change de couleur, ça ajoute un élément de séparation et ça ne peut pas nuire», explique Karine Fournier, fondatrice de l’organisme à but non lucratif Tricot Pirate et artiste de tricot-graffiti.

Les contraintes de l’espace public

Au départ, l’œuvre Tricotés Serrés devait être légèrement plus raffinée qu’elle ne l’est présentement. Les mailles colorées devaient se succéder en dégradé de couleur à l’approche de «zones de conflits», des endroits où les cyclistes doivent ralentir. L’interdiction de peindre au sol de la part du Quartier des spectacles a forcé les artistes à repenser leur concept.

À défaut de pouvoir concrètement aider les cyclistes, Jorden et David Doody ont plutôt accordé de l’importance à la signification de leur œuvre. Pour le duo d’artistes, l’œuvre Tricotés Serrés représente la communauté de cyclistes de Montréal. «Les cyclistes montréalais forment une communauté « tricotée serrée » qui doit non seulement faire un effort pour naviguer dans le trafic du centre-ville, mais parfois même faire preuve de courage», expliquent-ils.

L’art public pour provoquer le sourire

Pour Karine Fournier, «mettre de la couleur dans l’environnement, étonner en ville, ça fait en sorte que les gens qui voient l’œuvre, ça leur apporte un petit sentiment de joie».

Les créateurs de cette œuvre d’art conceptuel, Jorden et David Doody, se sont inspirés du tricot-graffiti, ou yarn bombing (le bombardement de fil), pour créer les différents motifs de tricot, une forme d’art qui consiste en un projet de tricot collectif puis d’installation des pièces tricotées dans l’espace public. On les remarque le plus souvent autour des supports à vélos ou même autour des arbres.

École des médias de l'UQAM nouveau logo.

Articles similaires