Culture

«Faut en parler», la websérie où Guy Nantel est juge et partie

Guy Nantel
Guy Nantel dans «Faut en parler» Photo: Capture d'écran

Dans la foulée de la parution de son dernier ouvrage, Le livre offensant, Guy Nantel a lancé la diffusion de Faut en parler. Pour cette websérie, l’humoriste anime des débats aux enjeux polarisants. Et s’invite dans ceux-ci.

Le premier épisode, publié jeudi sur la page Facebook de Guy Nantel, est consacré à la liberté d’expression. L’humoriste et animateur de balados Mike Ward est ainsi opposé à l’historien Marc-André Cyr. Les deux hommes se sont en effet retrouvés devant la justice en raison de leurs propos. Le premier l’avait été à la suite de blagues sur le chanteur atteint d’un handicap Jérémy Gabriel; le second pour avoir rédigé un faux avis de décès du chroniqueur Richard Martineau.

«Je vais te dire pourquoi tu te trompes», lance notamment Guy Nantel à Marc-André Cyr. Ce dernier tentait alors d’expliquer à l’humoriste les rapports de force au sein de la société. Guy Nantel a d’ailleurs profité du moment pour revenir sur l’affaire Alice Paquet.

Rappelons que la jeune femme avait fait l’objet d’un de ses numéros d’humour polémiques. Peu de temps avant, elle avait affirmé avoir été agressée sexuellement par un député libéral.

Anachronique, Guy Nantel?

Dans les quatre prochains épisodes, il sera ensuite question de la communauté LGBTQ+, du racisme systémique, du journalisme et de la culture du viol, justement. Lili Boisvert, directrice adjointe de l’information à Métro, a notamment été conviée à participer à une discussion autour de ce dernier thème en tant que féministe, aux côtés d’Anne-Marie Dupras.

Le niveau du débat auquel j’ai participé date d’il y a dix ans.

Lili Boisvert, directrice adjointe de l’information de Métro et invitée de Guy Nantel

Mme Boisvert a bien hâte de voir le résultat de cet épisode, étant donné les oeuvres passées de M. Nantel. L’humoriste est notamment connu pour ses capsules où il questionne des passants dans la rue et diffuse les résultats loufoques de leurs réponses.

«Nous étions toutes les deux sur nos gardes, car nous connaissons la réputation de Guy Nantel. Il veut souvent mettre sous une mauvaise lumière les personnalités qu’il reçoit en entrevue. Mais on nous a assurées que son intention n’était pas de trafiquer quoi que ce soit cette fois», ajoute-t-elle.

Enfin, avec Le livre offensant, Guy Nantel a souhaité aller plus loin sur des thématiques polarisantes «afin de créer des débats et de réels échanges, tout en restant dans l’ouverture et le respect», affirme son éditeur dans un communiqué diffusé jeudi. Sa websérie s’inscrit dans cette démarche.

Les épisodes seront progressivement partagés sur les plateformes numériques jusqu’au 18 novembre.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet