Culture

Livres: questions en rafale à l'auteure Nadia Gosselin

Nadia Gosselin vit à Québec. Elle est enseignante de français au secondaire depuis cinq ans. Elle dispose d’un diplôme pour enseigner la littérature au collégial. Après avoir publié en 2008 La gueule du Loup, L’amour n’est rien est son second roman. Ce livre raconte l’histoire d’un deuil amoureux avec tout ce que cela comporte de déchirements entre les souvenirs heureux et les détresses du cœur.

Quel est votre livre de chevet du moment?
Je suis en train de lire Le Baron perché d’Italo Calvino.

Que faites-vous quand vous n’écrivez pas?
Tout ce qui m’empêche d’écrire !  (Rires)

Qui sont vos auteurs incontournables?
Je suis très littérature française et québécoise. George Sand. Je ne peux passer à côté de Voltaire et de Molière.


Qui sont vos auteurs québécois et/ou canadiens que vous affectionnez le plus?

Claire Martin, Nelly Arcan et Anne Hébert.

Quel est livre qui vous a le plus marqué?

La princesse de Clèves de Marie-Madeleine de La Fayette.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire?
Je ne sais pas, ç’a toujours été en moi. C’est une nécessité vitale !

Vous glissez-vous dans la peau de vos personnages?

Ou ce sont parfois mes personnages qui se glissent dans la mienne…


Chaque écrivain a des routines qui lui sont propres, quelles sont les vôtres?

J’écris, je vais faire une brassée de lavage. Je reviens écrire, je me lève pour aller me chercher un verre d’eau. Je reviens écrire, je me lève pour aller voir si la brassée de lavage est terminée. (Rires) Bref, j’alterne entre écriture et procrastination.