Culture
13:22 22 août 2015 | mise à jour le: 7 septembre 2015 à 21:26 Temps de lecture: 3 minutes

Granby: Une troisième demi-finale qui alimente le suspense

Granby: Une troisième demi-finale qui alimente le suspense
Photo: Bertrand DuhamelFestival international de la chanson de Granby

Le Festival international de la chanson de Granby (FICG) a connu une troisième demi-finale de qualité vendredi soir. De quoi corser la course à la grande finale. Dans cette soirée éclectique à souhait, Monsieur Raph, Chloé Breault et Joanie Roussel se sont démarqués à leur manière.

La soirée s’est ouverte avec les «francos de l’Ontario». Big Balade a du groove! Ils savent mettre de l’ambiance, mais de bonnes trames sonores ne font pas nécessairement de bonnes chansons. Si l’on salue leur audace de s’engager (chanter en français en Ontario est déjà un geste politique), le texte gagnerait à s’éloigner du premier degré parfois un peu simpliste.

Depuis l’abolition des catégories, le festival a souvent été un cimetière d’interprètes, mais Joanie Roussel a probablement sauvé le genre. Sa performance impeccable a donné un dernier argument pour continuer de les accueillir parmi les auteurs-compositeurs-interprètes.

Son choix de chanson était audacieux. Ça prend du courage pour chanter les vices et les vertus de l’embonpoint comme pour nous balancer au visage un gros «et alors?». Et alors rien. La voix vous dites? Joanie Roussel est une magnifique interprète qui a l’immense qualité d’être au service de la chanson au lieu de se servir de la chanson pour se mettre en valeur. Elle n’a rien à foutre des prouesses vocales, car elle sait qu’elle en est capable, et nous, on l’entend.

Tout juste avant la pause, le vagabond Monsieur Raph a fait un arrêt au Palace. Quelque part entre Arthur H et Mathieu Chedid, cet homme-orchestre semble avoir des milliers de kilomètres dans ses souliers. Une âme de bohémien que l’on écouterait nous raconter des histoires de trains toute la nuit autour d’une bonne bouteille.

Retour plus difficile après la pause. Juulie Rousseau était accompagnée de façon sublime par son propre petit orchestre de chambre. Jusque-là, ça va, mais les mantras nordiques de la chanteuse versent plus souvent dans la lamentation plutôt que la contemplation; ce qui irrite.

Chloé Breault vient peut-être à peine d’entrer dans l’âge adulte, mais elle pourrait déjà donner des leçons de parolière à bien des collègues. Sa pièce «Dans un pot mason», c’est du réconfort pour l’oreille. Si l’on prédit que ce sera l’année de Caroline Savoie, la jeune Chloé a tout pour être la prochaine grande étoile acadienne de la chanson. Et elle n’a rien de filante.

Pour clore la partie concours de la soirée, Chandail de loup a transformé le Palace en soirée trad! Duo loufoque, mais intelligent, Florence Payette et Louis-Philippe Dupuy ont un plaisir contagieux. Ils se payent joyeusement notre tête de consommateurs automates en s’appropriant les clichés des veillées canadiennes. Belle façon de quitter sur un sourire.

À venir samedi:
Martine
Caroline Savoie
Kasperzick
Catherine Valéry
Zen Bamboo
AUB

Articles similaires