Culture

Un camion pour livrer du théâtre

Photo: Chantal Lévesque

Grâce à un camion de livraison-théâtre qui sillonnera les rues de la ville, trois diplômés de l’École nationale de théâtre veulent rendre leur art accessible à tous.

Caroline Bélanger, Marie-Hélène Bélanger-Dumas et Jon Lachlan Stewart, fondateurs du tout jeune organisme à but non lucratif La Fille du laitier, comptent bien profiter de la tendance des foodtrucks et autres camions qui offrent divers services aux citoyens. «Dans le passé, les théâtres ambulants ont toujours existé. En fait, ce sont les foodtrucks qui ont copié sur nous», a lancé M. Lachlan Stewart en entrevue avec Métro.

Les trois artistes projettent de transformer, à partir de la fin octobre, leur ancien camion de pompiers volontaires de 1980, acquis il y a deux mois, en véritable scène de théâtre. «Ça va s’ouvrir sur le côté grâce à des structures amovibles. À l’intérieur, il y aura un décor. On pourra jouer dedans et en avant», a expliqué Mme Bélanger-Dumas. «On veut créer notre propre Transformer», a ajouté M. Lachlan Stewart.

Leur objectif est de présenter dès le printemps prochain des performances «surprises» gratuites d’une trentaine de minutes maximum au coin d’une rue ou sur une place publique. «On veut aller là où on n’a pas l’habitude de voir du théâtre et apprivoiser les gens qui n’ont pas le réflexe d’aller dans les salles», a souligné Mme Bélanger.

Leurs projets sont bilingues, mais parfois aussi muets, ce qui peut permettre de rejoindre toutes les communautés. «Tout le monde peut apprécier le théâtre. Pourtant, beaucoup de gens abandonnent après avoir vu une pièce qui leur a déplu. On veut aller chercher ces gens-là», a commenté Mme Bélanger-Dumas.

«En jouant dans la rue, on peut créer un rapport spécial avec les gens.» – Jon Lachlan Stewart

Tout cela se ferait en accord avec les autorités locales, bien entendu. Pour cela, les trois acolytes espèrent conclure des partenariats avec la Ville ou les sociétés de développement commercial des divers quartiers. La Fille du laitier a d’ailleurs déjà organisé, le 13 septembre dernier, Leti Foustival, un petit festival présentant, devant le camion de l’organisme qui a servi à transporter du matériel pour l’occasion, quatre courtes pièces sur la place Shamrock, dans la Petite Italie. Ils joueront également sur la grande terrasse rouge de la rue Saint-Denis, le 4 octobre.

Les subventions étant difficiles à obtenir, La Fille du laitier réalise présentement une campagne de socio-financement pour la transformation de son camion. Mais les artistes mèneront leur projet à bien coûte que coûte. «Le résultat de la campagne va juste déterminer si on va manger et si on va avoir un toit dans les prochains mois», a plaisanté M. Lachlan Stewart.

indiegogo.com/projects/the-theatre-foodtruck
facebook.com/La-Fille-du-Laitier
lafilledulaitier.com

Articles récents du même sujet