Art de vivre
11:01 4 février 2016 | mise à jour le: 4 février 2016 à 11:07 temps de lecture: 3 minutes

Les cuisiniers vedettes, notre nouvelle royauté?

Les cuisiniers vedettes, notre nouvelle royauté?
Photo: V TéléGiovanni Apollo, Mahée Paiement et Martin Juneau

Au Québec, les humoristes sont rois.

On ne le dit peut-être pas aussi directement, mais ils dominent notre scène culturelle. À la radio, à la télé, au cinéma, dans les journaux, on s’arrache les humoristes. Souvent pour qu’ils fassent de l’humour, évidemment, mais ils sont de plus en plus polyvalents. Animation, chronique, jeux, critique, gardienne d’enfants, etc.

La beauté de cette réalité, c’est que beaucoup d’humoristes peuvent vivre de leur art. C’est une bonne nouvelle, culturellement parlant, on encourage une certaine forme de création.

Une nouvelle tendance s’impose cependant – celle des chefs vedettes.

Radio-Canada a annoncé que Les Chefs seront rangés aux archives et remplacés par une autre émission de cuisine : Le combat des villes. Une énième déclinaison culinaire où des chefs seront opposés les uns aux autres d’une façon quelconque. Dans la foulée, on a confirmé un projet en chantier avec Chuck Hugues et Hakim Chajar à TVA et une autre mouture pour Giovanni Apollo à V.

Bref, à chaque réseau ses chefs et à chaque chef son public.

Verra-t-on un boom chez nos chefs similaires à celui chez nos humoristes? Après tout, pas besoin de remonter très loin pour se souvenir d’un monde où Martin Juneau et Danny St Pierre n’étaient pas à la une de nos magazines. Ils excellaient dans leur métier, assurément, mais ils n’étaient pas des vedettes de la télévision. Même chose pour plusieurs autres chefs.

Si on pousse l’exercice plus loin, verra-t-on un Martin Picard comme «morning man» à la radio? Ou encore une comédie d’été mettant en vedette Martin Juneau qui devient une police ou bedon un pompier?

J’ai l’impression qu’on a fait le tour des émissions de cuisine. C’est toujours utile, mais faudrait pas non plus se perdre dans l’absurdité des concepts. Déjà qu’Éric Salvail tire un peu la corde avec les Recettes pompettes et que le véhicule Ma mère cuisine mieux que la tienne n’a pas forcément beaucoup de mérite culinaire, il serait dangereux d’avoir de la cuisine à la télé juste pour avoir de la cuisine à la télé.

C’est le gros bon sens, si on assèche le puits il sera impossible de s’y abreuver par la suite.

Un petit appel à la modération pour nos diffuseurs serait de mise. On aime la cuisine à la télé, on aime nos chefs qui font briller notre gastronomie, mais il ne faut pas non plus nous les enfoncer dans la gorge. Ça pourrait finir par nous lever le cœur.