Culture
10:00 12 février 2016 | mise à jour le: 13 février 2016 à 09:18 Temps de lecture: 3 minutes

Le Ti-Mé Show survit, Bazzo et Charette non

Le Ti-Mé Show survit, Bazzo et Charette non
Photo: ICI Radio-Canada TéléTi-Mé Show

Vous connaissez #DéciderEntreHommes ?

Le mot clic dénonciateur soulève les trop nombreuses inégalités dans notre système quand on se réclame d’être un peuple égalitaire et absolument pas sexiste. C’est navrant quand on peut résumer une photo d’actionnaires, de politiciens, de dirigeants ou de personnes influentes en se contentant de mettre le mot clic en légende. Ça résume tout – les «boys club» existent encore.

En télé, c’est plus subtil. Les femmes sont présentes à l’écran, mais on compartimente leur influence. Les émissions de cuisine et de service, par exemple, regorgent de femmes en vedette. Les émissions d’opinions et de grandes écoutes – un peu moins.

La guillotine est passée pour plusieurs émissions sur la grille cette semaine et même si je peux me réjouir de la mort annoncée d’une fiction de Réjean Tremblay, je me questionne à savoir comment, et pourquoi, le Ti-Mé Show survit encore.

Ce n’est pas la première fois que j’en parle, la prémisse même du projet me répugne. Une mauvaise idée de 5 à 7 d’après-boulot qui s’est frayée un chemin jusqu’à nos écrans.

J’ai eu la réflexion ce matin lorsque j’étais confronté à une publicité géante au coin de Papineau et René-Lévesque pour le faux-vrai talk-show avec un vrai-faux animateur. On lance des piécettes aux pieds de Claude Meunier pour une énième fois et, pendant ce temps, Marie-France Bazzo et Christiane Charette doivent faire des cartons en sachant que leurs émissions plus relevées ne seront pas de retour.

On pointe du doigt les changements d’attributions des crédits d’impôt, pourtant, beaucoup d’autres émissions en souffrent. Les Francs-Tireurs et Deux hommes en or, pour ne nommer que ceux-là, ont reçu le support de Télé-Québec pour une autre saison. Bazzo et Charette, non, on passe à un autre appel.

Est-ce forcément sexiste comme coupe dans la programmation? Non, je n’irais pas jusque-là. Sauf que je ne crois pas aux coïncidences non plus. Appelez-moi pisse-vinaigre, oui peut-être, mais il faut relever ces choses.

#DeciderEntreHommes n’est pas juste un passe-temps pour divertir les amers et les ironiques. C’est un appel à la prise de conscience. Il y a des décisions qui, sans être spécifiquement contre les femmes, sont particulièrement avantageuses aux hommes.

Je ne propose pas de remplacer Ti-Mé Paré par Thérèse Paré-Pinard. Mais, si on garde le nanane de Claude Meunier son trip de nostalgie à l’écran, pourquoi Bazzo et Charette doivent ronger leur frein à la maison?

Je suis peut-être naïf, mais je pense qu’il y a de la place pour tout le monde. Suffit de changer l’approche, rien qu’un peu, et de s’ouvrir aux alternatives.

#DeciderEntreHommes pourrait se faire remplacer plus souvent par #ParceQuOnEstEn2016  – ça ne ferait pas de torts.

Articles similaires