Culture
18:22 17 février 2016 | mise à jour le: 17 février 2016 à 18:34 temps de lecture: 2 minutes

«Trop tôt» pour retirer le nom de Jutra, estime son biographe

«Trop tôt» pour retirer le nom de Jutra, estime son biographe
Photo: Collaboration spéciale

L’auteur de la biographie de Claude Jutra, Yves Lever, estime que le monde politique a agi avec «beaucoup trop de précipitation» en éliminant de l’espace public le nom du cinéaste à la suite des allégations de pédophilie qu’il a dévoilées.

Bien que soulagé qu’une victime présumée a décidé de briser le silence en se confiant à La Presse, corroborant ainsi les informations publiées dans son livre, M. Lever pense qu’il était trop tôt pour prendre des décisions concernant la place de l’artiste dans le paysage québécois.

«Je pense qu’on aurait dû attendre, laisser la poussière retomber et y réfléchir. Même si on efface toute référence à son œuvre, l’œuvre, elle, demeure», indique le biographe.

Un monument du cinéma
Sans pour autant «banaliser la gravité du geste», le cinéphile soutient qu’il ne faut pas invalider l’héritage cinématographique de Claude Jutra.

«On n’est pas pédophile 24 heures par jour. Il avait une personnalité complexe avec une part d’ombre. Son œuvre est monumentale. Qu’il ait une petite tâche sur le monument, le monument demeure», plaide l’auteur.

Dans un court passage dans son livre de 360 pages, M. Lever fait allusion aux «déviances sexuelles» de l’artiste et à ses relations intimes avec «des garçons de 14 ou 15 ans et même plus jeunes», sans toutefois aller dans les détails.

«J’ai eu des témoignages de victimes, mais j’ai désiré demeurer flou pour protéger l’identité de mes sources», continue M. Lever.

Le professeur de cinéma avait reçu une douzaine de courriels haineux depuis la parution de son livre, le 16 février.

Depuis que les allégations de pédophilie ont été corroborées par d’autres sources, la tendance s’est renversée.

«J’ai été soulagé, ce matin (mercredi) par le témoignage, parce que ça ne mettait pas en cause ma crédibilité. Les courriels que je reçois sont maintenant positifs», continue M. Lever.

Québec cinéma œuvre actuellement à trouver un nouveau nom pour le gala des Jutra, récompensant les meilleures œuvres cinématographiques de la province.