Écrans

Sur vos écrans…«Sin La Habana», «Belle de jour», «À quel prix» et d’autres

«Sin La Habana» réalisé par Kaveh Nabatian Photo: Collaboration spéciale

Cette semaine sur vos écrans, on vous conseille les films Sin La Habana, Belle de jour, À quel prix et d’autres. 

(1): Chef d’oeuvre, (2): Remarquable, (3): Très bon, (4): Bon, (5): Moyen, (6): Médiocre, (7): Minable. 

À quel prix? (Worth)

(4)

Drame judiciaire américain réalisé par Sara Colangelo 

Mettant en vedette Michael Keaton, Stanley Tucci, Amy Ryan. 

C’est quoi ? Spécialiste du règlement extrajudiciaire des litiges, l’avocat Kenneth Feinberg se porte volontaire pour créer probono avec son équipe un fonds d’indemnisation pour les proches des victimes des attentats du 11 septembre 2001. Sa tâche vire au casse-tête. 

C’est comment ? En avocat présomptueux qui s’achète une conscience, l’excellent Michael Keaton rehausse cette évocation sensible et nuancée, mais formellement conventionnelle d’un épisode douloureux de l’histoire américaine récente. Dans le rôle de la veuve d’un pompier qui menait une double vie, Laura Benanti est bouleversante. 

En exclusivité sur Netflix

Belle de jour

(1)

Drame de moeurs français réalisé par Luis Bunuel 

Mettant en vedette Catherine Deneuve, Jean Sorel, Michel Piccoli. 

C’est quoi ? La jeune épouse d’un chirurgien parisien est victime d’un chantage d’un ami du couple, qui a découvert que le jour, elle se prostitue dans une maison de rendez-vous. 

C’est comment ? Le scénario est conçu de telle sorte qu’il est difficile d’affirmer si telle ou telle scène fait partie de la réalité ou de l’imagination de l’héroïne, incarnée avec classe par Catherine Deneuve. Le réalisateur du CHARME DISCRET DE LA BOURGEOISIE a donc beau jeu pour exploiter ses phantasmes habituels, dans une mise en scène maîtrisée. 

Dimanche 21h sur TFO

La face cachée du Baklava

(6)

Comédie canadienne réalisée par Maryanne Zéhil 

Mettant en vedette Claudia Ferri, Jean-Nicolas Verreault, Raia Haidar. 

C’est quoi ? Mariée à un professeur québécois, une Libanaise est soudainement entraînée dans une série d’événements qui souligne le fossé culturel qui les divise, à quelques jours de leur départ pour la France. 

C’est comment ? Avec cette comédie sur le choc des cultures, Maryanne Zéhil (L’AUTRE CÔTÉ DE NOVEMBRE) rate sa cible. En cause: un scénario binaire, aux gags pauvres; une mise en scène bancale et surchargée; des interprètes qui jouent maladroitement la carte de la caricature. Reste la performance de Claudia Ferri, seule rescapée de cette comédie ambitieuse mais naufragée. 

En salle

Le meilleur pays du monde

(4)

Drame canadien réalisé par Ky Nam Le Duc 

Mettant en vedette Nguyen Thanh Tri, Mickael Gouin, Stanley Junior Jean-Baptiste. 

C’est quoi ? Sur le point de rentrer dans son Vietnam natal, où sa fille vient d’émigrer, un commerçant, inquiété par la montée de l’extrême droite au pays, accepte d’aider son ex-gendre à retrouver une réfugiée haïtienne, qui a disparu en lui laissant son jeune fils. 

C’est comment ? Ce portrait social au titre ironique illustre l’angoisse de citoyens issus des minorités, devant l’expression décomplexée d’un racisme systémique au Québec. Personnel, atmosphérique et interprété avec conviction, le film, oblique et allusif, engendre toutefois une certaine confusion. 

En salle

Le sens de la famille

(5)

Comédie fantaisiste française réalisée par Jean-Patrick Benes 

Mettant en vedette Franck Dubosc, Alexandra Lamy, Rose de Kervenoaël. 

C’est quoi ? Alors qu’il visite un parc d’attractions, le père de trois enfants insupportables, marié à une femme indifférente, fait le voeu de changer de famille. Le lendemain, il constate que l’esprit de chacun des membres de la maisonnée a investi le corps d’un autre. 

C’est comment ? Cette hymne à l’amour et à la solidarité familiale, mis en scène sans inventivité ni mordant, s’assortit de gags inégaux et parfois, inutilement vulgaires. Face à des Alexandra Lamy et Franck Dubosc en demi-teinte, la petite Rose De Kervenoaël fait preuve d’un aplomb étonnant. 

En salle

Sin La Habana

(4)

Drame canadien réalisé par Kaveh Nabatian 

Mettant en vedette Yonah Acosta Gonzalez, Evelyn Castroda O’Farrill, Aki Yaghoubi. 

C’est quoi ? Poussé par son ambitieuse compagne avocate, un danseur de ballet, qui peine à percer à La Havane, séduit une touriste québécoise d’origine iranienne, pour faciliter leur départ de Cuba et leur nouvelle vie à Montréal. Mais le plan connaît des ratés. 

C’est comment ? Kaveh Nabatian (l’essai collectif LES SEPT DERNIÈRES PAROLES) développe sa prémisse cynique avec réalisme et lucidité. Entre chaleur dorée des Antilles et froide blancheur canadienne, chorégraphies stylisées et travail monotone en usine, la réalisation se fait expressive, quoique parfois démonstrative. Bien choisis, les interprètes sont tous convaincants.

En salle

Articles récents du même sujet