Écrans

Fred Pellerin veut tromper la mort dans «L’arracheuse de temps»

Le conteur Fred Pellerin en entrevue à l'émission Tout le monde en parle. Photo: Capture d'écran

Fred Pellerin a présenté l’adaptation de l’un de ses contes, dont le thème principal est la mort, dans sa version cinématographique en entrevue à l’émission Tout le monde en parle (TLMEP). Le film L’arracheuse de temps sortira en salle le 19 novembre.

Le conte originel est né en 2007, lorsque le père de Fred Pellerin est subitement décédé. «C’est n’est pas un conte sur la mort de mon père, mais il y a un rapport. […] Il y a différentes sauces dans le deuil, moi j’avais pogné la sauce de la colère. J’en ai voulu beaucoup à la mort. Et à cette fin-là, j’ai décidé de canaliser ça vers quelque chose de plus l’fun qu’une chicane intérieure qui n’en finit plus. J’ai créé ce conte L’arracheuse de temps, où je règle un peu le cas de la mort», explique le conteur.

Le film met en scène le petit Fred, qui a 11 ans en 1988 et vit à Saint-Élie-de-Caxton. Il s’inquiète de la santé de sa grand-mère Bernadette, qui tente de le rassurer en lui racontant l’histoire de «l’arracheuse de temps». Elle fait alors revivre, dans son récit, des personnages clés du village en 1927 alors que la Mort rôde. Les habitants essaient de lui échapper.

Le conteur avoue d’ailleurs que la mort lui fait peur. «J’ai peur de la fin. J’ai peur que ça s’arrête, en fait. La vie c’est l’fun. C’est tout ce rapport à la fin, on ne sait pas quand. L’idée d’un terme fait que ça me fait gigoter plus. Je sais le privilège qu’on a.»

Le natif de Saint-Élie-de-Caxton note que les scènes ont quasiment toutes été tournées dans le village de Saint-Amand, même si l’histoire du film se déroule bien dans son village.

Fred Pellerin participe à L’arracheuse de temps en tant que scénariste. La réalisation est attribuée à Francis Leclerc.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet