Débats
15:19 8 juin 2021 | mise à jour le: 10 juin 2021 à 10:07 temps de lecture: 4 minutes

Reconnaissance pour les analystes en informatique du réseau scolaire

Reconnaissance pour les analystes en informatique du réseau scolaire

Quand vous pensez aux professionnels qui offrent des services aux élèves dans notre réseau scolaire public, vous songez probablement aux orthophonistes, aux psychologues… Avez-vous pensé aux analystes en informatique?

Qui, dans un centre de services scolaire (CSS), protège les comptes numériques des élèves ou effectue une enquête si le compte d’un enfant est compromis; se préoccupe de la sécurité des utilisateurs, d’éventuels vols d’identité; protège les données de toute l’organisation?

C’est à l’équipe d’analystes en informatique que revient la responsabilité de définir les balises de l’utilisation des TI au sein de l’organisation, de concert avec les autres services. Nous adaptons à nos systèmes des logiciels développés par des tiers tout en concevant des applications pour les RH, pour les enseignantes, pour le suivi des apprentissages d’élèves spécifiques… Le ministre de l’Éducation destine des ordinateurs et des tablettes aux élèves? Nous créons les images des postes qui seront déployés, avec tout le bagage de logiciels qu’ils devront contenir, avant de les reproduire à l’intention des utilisateurs.

Et la COVID? Les CSS ont implanté d’urgence un système d’enseignement à distance. Si on a grandement souligné, avec raison, le travail acharné des enseignantes et des conseillères pédagogiques, qu’en est-il de celui des analystes en informatique? Il nous aura fallu mettre en place un accès à un réseau privé virtuel (VPN) pour tous. Pour que l’enseignante puisse gérer son contenu, nous avons dû gérer le contenant. Tout en prévenant les attaques de l’extérieur, nous avons offert aux élèves l’accès sécurisé aux cours.

Malheureusement, force est de constater que notre profession peine à s’épanouir dans le réseau scolaire. Si on y retrouve des emplois stimulants, multidisciplinaires, non routiniers, polyvalents et enrichissants, il faut bien le dire : le salaire n’est pas du tout au rendez-vous. Ne nous comparons pas au secteur privé, qui peut rémunérer les administrateurs de systèmes jusqu’à 60% de plus que nous ne le sommes; regardons plutôt les salaires à la fonction publique ailleurs au pays, ou tenez, au Fédéral, qui paie jusqu’à 20% de plus qu’au scolaire. Il y a tout le municipal aussi. Même les analystes en informatique à l’emploi des ministères au Québec ont des salaires de 5% supérieurs. Sans oublier que plusieurs de ces milieux offrent des primes que nous n’avons pas au scolaire, prime Expert ou Émérite. Dans ces conditions, on est très loin du compte. S’il est difficile d’attirer des gens compétents à un si bas salaire, il s’avère presque impensable de les garder. Plusieurs juniors s’engagent et font leurs classes chez nous avant d’aller poursuivre leur carrière sous d’autres cieux.

Vous le savez peut-être : c’est l’impasse à nos tables de négociation. Nous avons effectué deux demi-journées de grève à ce jour. Le gouvernement Legault offre aux enseignantes des hausses salariales de 5% plus élevées qu’aux autres catégories du secteur public. Nous ne remettons pas en question ce qu’elles ont obtenu, car elles le méritent pleinement.

Cependant, nous sommes convaincus que nous n’en méritons pas moins.

Ahmadou Bamba Gueye
Idris Bensafia
David Bergeron
François Boulanger
Adrien Brugirard
Arezki Chiker
Ian Coderre
Emmanuel Fangue Kome
Denis Forcier
Mohammed Foudi
Stefan Gabor
Laurie Gagnon
Ileana Gavrilenco
Hélène Goyer
Yen Hua
So Phala Im
Serge Lamothe
Daniel Landry
Elkin Maldonado
Dennis Orozco
Souad Ourak
Robert Pelletier
Titus Poenaru
Mathieu Roy
Kety Florivel Ruben Genao
Claude Savard
Catherine Tremblay
Marco Villeneuve
Sébastien Walkenaere
Chacune et chacun analyste en informatique dans le réseau scolaire public québécois

 

Articles similaires