Débats

Pour un engagement concret des fondations envers la société québécoise

Photo: iStock

Ce n’est plus à prouver, la pandémie de COVID-19 a eu des répercussions majeures sur de nombreux secteurs de la société, créant ainsi un gouffre des inégalités encore plus profond qu’avant au sein de la collectivité québécoise. Un consensus est désormais clair : la relance doit impérativement viser à corriger ces déséquilibres. La santé et le bien-être de la population en dépendent plus que jamais.

Nos gouvernements sont actuellement confrontés à la nécessité de repenser le filet social pour corriger certaines failles révélées par la pandémie. Bien que l’État doive demeurer l’acteur central de tout effort d’envergure pour réduire les inégalités sociales et économiques, les fondations philanthropiques sont aussi appelées à agir encore plus et mieux pour contribuer à une relance inclusive et équitable, toujours dans le respect de leur rôle distinct par rapport à l’État.

Nous croyons qu’il est nécessaire d’intégrer un angle d’analyse des inégalités à tous nos efforts. Je fais partie d’un collectif de fondations qui prennent des engagements concrets pour s’assurer de la cohérence et de l’impact de leurs actions pour réduire les inégalités. En adhérant à la Déclaration « Pour combattre les inégalités, des engagements pour la philanthropie », nous nous engageons à :

  • faire la démonstration de notre contribution réelle au bien commun en rendant compte de notre action auprès du public, et en s’engageant en continu à améliorer l’impact et la cohérence de notre action;
  • veiller à ce que notre mission, valeurs et priorités de soutien visent à réduire les écarts socioéconomiques ;
  • adopter des pratiques visant à mieux mettre notre pouvoir et nos ressources au service des groupes et des communautés que nous cherchons à soutenir, et en particulier des communautés qui travaillent à transformer les conditions qui les excluent et les marginalisent ;
  • orienter nos investissements afin de soutenir des pratiques financières et sociales qui atténuent ou qui réduisent les inégalités.

En prenant ces engagements, nous visons à renforcer notre contribution à la réduction des inégalités. Les effets de cet engagement ne manqueront pas d’être observés au fil des prochains mois et années – dans nos relations avec nos partenaires, dans nos choix d’investissement et de réinvestissement, et dans nos choix de soutien envers des organismes et des communautés.

À l’occasion de cette Journée de la philanthropie, nous espérons que d’autres fondations philanthropiques se joindront à nous et accepteront aussi de relever ce défi.

Jacques Bordeleau, Porte-parole du Collectif des fondations québécoises contre les inégalités

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet