Débats

Prévenir plutôt que guérir: l’impact du travail de proximité auprès des familles

Photo: Archives Métro
Véronique Coulombe et Taï Cory - Tribune libre

LETTRE OUVERTE – La Grande semaine des tout-petits est une belle occasion de réaffirmer à quel point la proximité des services et l’accompagnement direct auprès des familles, dans leur milieu de vie, donnent des résultats positifs et diminuent concrètement les risques de négligence que peuvent subir nos tout-petits. 

Je vous entends dire: « C’est quoi ça du travail de proximité pour les familles ? » 

Anick, mère d’un jeune enfant, vous répondrait ceci : « Lorsqu’on est dans un tourbillon, qu’on a honte, qu’on ne sait pas à qui s’adresser, qu’on n’a pas la force de chercher, qu’on n’a pas le courage d’aller cogner à la porte, de demander de l’aide, de remplir des formulaires, de se mettre à nu devant un étranger, eh bien, c’est à ce moment précis que le travail de proximité devient essentiel! Le travail de proximité, c’est le sourire qui aide à sortir de son isolement, c’est l’approche sans jugement qui permet de s’ouvrir sur sa réalité et ses besoins, c’est la main tendue dont on a besoin pour enfin se redresser et se mettre en action. » 

Car oui, ça prend beaucoup de courage pour frapper à une porte ou donner un coup de fil pour demander de l’aide. Et encore, faut-il savoir où et qui appeler! C’est dans ces moments charnières d’une vie plus souvent difficile que le travail de proximité prend toute son importance. 

Le travailleur de proximité va à la rencontre des familles, directement là où elles habitent, dans leur milieu. C’est cette présence immédiate qui fait toute la différence. 

Le travailleur de proximité écoute les parents, les accompagne et les informe sur les services adéquats disponibles, tout en respectant leur rythme et leurs hésitations. 

Le travail de proximité est aussi une porte d’entrée vers un milieu de vie dont la richesse est inestimable pour le bien-être des parents et celui des leurs enfants. Il est la courroie de transmission qui permet de créer des liens entre les familles, les services, les organismes, les citoyens et les commerçants. Le travail de proximité contribue au milieu de vie. Il crée un réseau d’entraide et de bienveillance qui sort les familles de leur isolement. 

La proximité des services pour soutenir les familles a fait ses preuves dans le milieu de l’intervention sociale, particulièrement à La Maison des Familles de Mercier-Est. Le travail de proximité fait partie de la solution pour offrir un tissu social solide et prévenir la négligence auprès des enfants. Il doit être non seulement reconnu auprès du gouvernement et des principales instances de la petite enfance, mais aussi faire partie des stratégies d’actions financées par le gouvernement. 

Si vous avez encore un doute sur l’utilité du travail de proximité, je vous invite à aller visiter l’exposition Fragments d’espaces humains à la Maison de la Culture Mercier, jusqu’au 12 décembre prochain. Vous comprendrez la nécessité d’avoir des travailleurs de proximité pour accompagner les familles dans nos quartiers. 

Annick vous dirait encore ceci: “La travailleuse de proximité m’a reconnu pour ce que je suis. Elle m’a donné le courage et la confiance nécessaire pour aller chercher l’aide dont j’avais besoin pour prendre soin de mon fils.” 

Véronique Coulombe, Directrice générale, La Maison des Familles de Mercier-Est 

Taï Cory, Directeur général, Solidarité Mercier-Est

Sites concernés 

La Grande semaine des tout-petits

La Maison des Familles de Mercier-Est

Solidarité Mercier-Est

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet