Formation et emplois

Annette Obrestad, profession: joueuse de poker

Dave van Aken - Métro Pays-Bas

Quand les gens parlent de vous en n’utilisant que votre prénom, vous savez que vous avez réussi. Tous les férus de poker savent de qui vous parlez quand vous mentionnez les noms de Gus, Doyle ou Daniel, tous bien établis au poker depuis des années. Annette Obrestad a accédé à ce statut à l’âge de 18 ans en 2007. Elle venait alors de gagner le World Series of Poker Europe (WSOPE) à Londres, remportant du coup un million de dollars. Métro l’a rencontrée.

Vous aviez 15 ans quand vous avez commencé à jouer au poker en ligne. Les adolescentes de cet âge n’ont-elles pas habituellement d’autres passe-temps?
C’est vrai, mais j’ai toujours été différente. J’aimais les activités masculines, com­me jouer aux cartes ou parier.

Et c’est là que le poker est arrivé dans votre vie…
Je regardais une partie de quilles à la télé et j’ai vu une publicité parlant d’un site web de poker. Ça m’a semblé amusant. J’ai commencé à participer à des tournois gratuits, où on peut parfois gagner quelques sous. Tout allait tellement bien que j’ai décidé de jouer plus sérieusement et j’ai fini par gagner des centaines de milliers de dollars en ligne.

Qu’est ce que ça fait de gagner deux millions de dollars?

C’est indescriptible. J’étais en état de choc. C’est tellement d’argent! Je me demandais toujours si c’était vraiment arrivé. Quand j’ai commencé à réaliser que c’était vrai, j’ai agi assez normalement je crois. J’ai acheté une maison pour ma mère. Et j’aime magasiner.

Est-ce que les hommes machos vous dérangent?
Au début, j’en ai profité. Ils voyaient une jeune fille et pensaient que je ne pouvais pas jouer au poker. Ils ont essayé de m’intimider et mettaient toujours de la pression sur moi. Je n’ai jamais été très impressionnable, donc j’ai gagné ainsi beaucoup de jetons. L’image de la petite fille innocente est maintenant disparue, cela dit!

Maintenant que vous êtes une joueuse célèbre, comment gérez-vous toute l’attention dirigée sur vous?
C’est amusant, mais je ne voudrais pas que ça dure toujours. Quand je suis chez moi, en Norvège, je préfére ne pas être reconnue. Je ne pourrais pas être une vraie vedette de Hollywood. Je ne serais pas capable d’affronter les paparazzis ni d’attirer toujours l’attention.

Pouvez-vous marcher normalement dans la rue chez vous?
En Norvège, les nouvelles à mon sujet sont surtout négatives. Ils n’aiment pas que je remporte autant de succès en jouant au poker. Ils mettent en garde contre «l’effet Annette», qui pourrait inciter les jeunes à jouer au poker tout en causant des problèmes de jeu. Quand j’ai une entrevue là-bas, je m’attends toujours au pire. Tant que le poker sera illégal dans mon pays, tout ce que je fais sera négatif.

Articles récents du même sujet